Actualisé 27.05.2019 à 11:37

Ski alpin

L'Autrichien Reichelt soupçonné de dopage

Star du ski alpin âgée de 38 ans, Hannes Reichelt a été entendu vendredi par la police criminelle de son pays. Il aurait pris des médicaments interdits.

de
sc
Hannes Reichelt a été entendu par la police criminelle.

Hannes Reichelt a été entendu par la police criminelle.

AFP

La vaste enquête dans le milieu du dopage, l'opération Aderlass («saignée» en allemand), continue de renverser de nombreuses quilles sur son passage. Le processus médiatisé en février dernier à l'occasion des championnats du monde de ski nordique à Seefeld, en Autriche, a mené vendredi à une nouvelle arrestation: celle d'un ancien entraîneur de ski de fond autrichien, identifié par la presse comme étant Gerald Heigl. Actif de 2004 à 2017 au sein de la fédération autrichienne ÖSV, Heigl, 40 ans, a été mis en cause par l'ancien fondeur autrichien Johannes Dürr, qui avait révélé en janvier l'existence de ce vaste réseau de dopage organisé. Il est soupçonné d'avoir favorisé le dopage de plusieurs athlètes, a précisé le parquet d'Innsbruck.

La fédération autrichienne a par ailleurs confirmé lundi que le descendeur Hannes Reichelt avait été entendu vendredi par les enquêteurs en lien avec l'affaire Aderlass. Le champion du monde de super-G 2005, âgé de 38 ans, a toutefois «assuré (...) qu'il n'avait jamais pris de substances interdites, ni chargé qui que ce soit de lui en procurer», a précisé l'ÖSV dans un communiqué. Dans une interview au quotidien «Kronen Zeitung», Reichelt a indiqué que Heigl avait confectionné ses programmes d'entraînement en 2005. Il a toutefois assuré ne s'être jamais dopé. «Je ne sais pas d'où ça vient, je sais seulement que je n'ai rien fait. Jamais, jamais je n'ai pris de substances interdites. Bien au contraire: j'ai toujours tout vérifié, jusqu'à chaque pastille contre la toux, de sorte que rien ne se passe!», s'est défendu le champion.

Une rencontre avec le serviceman de Cologna

Le lien entre Reichelt et ce scandale de dopage vient justement de Heigl, arrêté et interrogé à ce sujet le même jour. Les deux se seraient rencontrés à l'école, avant de projeter le plan de carrière et les séances d'entraînement de Hannes Reichelt en 2005. «Il ne m'a jamais proposé de faire quoique ce soit d'illégal», jure l'Autrichien interrogé. La «Kronen Zeitung» que le skieur alpin aurait rencontré, une seule fois, le serviceman autrichien (également arrêté dans cette opération) qui s'occupait la saison dernière du fondeur grison Dario Cologna. Cette rencontre remonte à 2013, lors d'un camp d'entraînement à Chypre.

Révélée l'hiver dernier, l'opération Aderlass s'articule autour du médecin allemand Mark Schmidt, arrêté le 27 février à son cabinet d'Erfurt (Allemagne), et soupçonné d'avoir fourni au moins 21 sportifs de huit nationalités et de cinq sports différents, selon le parquet de Munich. Face aux soupçons pesant sur Heigl, le champion du monde autrichien de biathlon Dominik Landertinger avait annoncé en mars mettre fin à sa collaboration avec celui-ci. Le nom de l'ex-entraîneur avait déjà circulé dans l'affaire qui avait impliqué le fondeur autrichien Harald Wurm, convaincu de dopage au cobalt en 2015. Heigl avait été à l'époque suspendu de ses fonctions par l'ÖSV, avant d'être réintégré.

(sc/afp)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!