Suisse: L'avenir appartient-il aux magasins sans caisses?

Actualisé

SuisseL'avenir appartient-il aux magasins sans caisses?

La société Valora a annoncé jeudi l'ouverture d'un shop entièrement automatisé en 2019 à Wetzikon (ZH). Mais d'autres magasins suivent cette voie.

par
reg
1 / 3
Valora va lancer un "Avec Box" en 2019 à Zurich. Dès fin novembre, la Petite Epicerie à Bavois (VD) a ouvert ses portes.

Valora va lancer un "Avec Box" en 2019 à Zurich. Dès fin novembre, la Petite Epicerie à Bavois (VD) a ouvert ses portes.

Zehnder, Martin
A gauche, ce à quoi ressemblera l'"Avec Box" de Valora. A droite, l'intérieur de la Petite Epicerie à Bavois (VD). Dans les deux cas, l'entrée du magasin et les achats se font par smartphone, 24h/24 et 7j/7.

A gauche, ce à quoi ressemblera l'"Avec Box" de Valora. A droite, l'intérieur de la Petite Epicerie à Bavois (VD). Dans les deux cas, l'entrée du magasin et les achats se font par smartphone, 24h/24 et 7j/7.

A Seattle (USA), Amazon a ouvert en 2016 son premier "Amazon Go", un magasin physique sans caisses, où tout est géré automatiquement.

A Seattle (USA), Amazon a ouvert en 2016 son premier "Amazon Go", un magasin physique sans caisses, où tout est géré automatiquement.

En 2016, Amazon Go a été le pionnier des magasins gérés uniquement par la technologie. Pas même besoin de scanner ses produits, tout est géré par des caméras, des capteurs et une app installée sur le smartphone du client. Donc aucun passage à la caisse.

Jeudi, la société Valora a annoncé la construction en 2019 d'un magasin entièrement automatisé dans la gare de Wetzikon (ZH). Mais le client doit ici scanner un QR-code pour entrer dans le shop, puis scanner lui-même ses articles. Ce «Avec Box» de 53 m2 sera ouvert 24h/24 et 7j/7.

«Cela répond à la demande de la population pour des heures d'ouverture flexibles», indique l'entreprise. Même si le magasin sera essentiellement sans caissier, des employés seront présents lors des heures de grande affluence, le matin et le soir, pour aider les clients et remplir les rayons.

Mais l'automatisation ne vise pas toujours à supprimer des coûts et réduire le nombre d'emplois. A Bavois (VD), la Petite Epicerie a ouvert ses portes le 24 novembre. Elle propose des produits d'agriculteurs locaux 24h/24 et 7j/7 et son accès est également géré par une app, de même que le paiement des achats. Et pas besoin d'avoir un smartphone pour y faire ses courses: un employé est présent à certains horaires, notamment le samedi de 9h à 11h.

«Il n'y avait plus de commerces dans le village depuis dix ans. Un magasin sans caisses était la seule option viable économiquement», illustre Steven Oulevay, l'un des quatre jeunes de Bavois à l'initiative du projet. Le but est de proposer des produits du terroir, mais aussi des articles de première nécessité pour dépanner.

«Notre initiative ne détruit pas d'emploi de caissier, vu qu'il n'y avait de toute façon plus de commerce», explique-t-il. Grâce à ce point de vente, les agriculteurs proposent même de nouveaux produits prêts à la consommation, ce qui leur procure des débouchés supplémentaires.

La Petite Epicerie compte actuellement 400 références de 25 producteurs locaux. Les agriculteurs participant fixent eux-mêmes les prix des produits qu'ils proposent. Et ce sont eux qui réapprovisionnent les rayons, grâce à l'app qui leur indique le niveau des stocks.

L'accueil réservé à cette initiative s'avère très encourageant. «Nous répondons à un besoin de la population, s'enthousiasme Steven Oulevay. A tel point que des communes vaudoises nous ont contacté en disant que c'était génial. Elles seraient intéressées à ce projet car elles se plaignent de ne plus avoir de commerce de proximité sur leur sol.»

Ton opinion