Formule 1: L'avenir de Renault est flou
Actualisé

Formule 1L'avenir de Renault est flou

Le flou règne autour de l'engagement futur de Renault en Formule 1. Le constructeur français pourrait quitter la F1 à très court terme, alors qu'au moins un investisseur est ouvertement candidat au rachat de l'écurie.

Un conseil d'administration sur ce thème jeudi a été annoncé par plusieurs sources médiatiques, mais pas confirmé officiellement par Renault. Le calendrier commence pourtant à être des plus serrés. Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, avait «garanti» début novembre qu'une annonce sur «la participation de Renault en matière de Formule 1» serait faite «avant la fin de l'année».

Le rachat partiel ou total de la structure par un investisseur extérieur semble à l'ordre du jour. Quatre candidats se seraient manifestés, selon Bernie Ecclestone. «Il y a le groupe de Gérard Lopez, il y a David Richards et il y en a deux autres», a affirmé le grand argentier de la F1 au quotidien The Times.

Un intérêt corroboré par Gérard Lopez. «Si nous reprenions Renault F1, ce serait à part entière, en tant que team constructeur», a précisé ce dernier, fondateur de Mangrove Capital Partners et président de Genii Capital, deux fonds de placements ayant investi ces dernières années dans les nouvelles technologies et sur internet.

Prodrive, l'entreprise de David Richards, laisse de son côté planer le doute. «Il y a eu tellement de rumeurs sur Prodrive et la Formule 1... nous ne ferons donc aucun commentaire sur la dernière en date», a déclaré un membre de son encadrement.

Renault, qui a enregistré une perte nette de 2,7 milliards d'euros au premier semestre 2009, doit faire des économies. Et l'important budget alloué à la F1, qui dépasse les 100 millions d'euros, serait un excellent poste à alléger. (si)

Ton opinion