L'avenir des crèches est au partenariat public-privé
Actualisé

L'avenir des crèches est au partenariat public-privé

VAUD. Des crèches d'entreprises ouvrent des places à des enfants
de la région. Un type de collaboration dans lequel le canton semble être pionnier.

Le 22 octobre, La Mobilière inaugurera sa garderie Crechendo. Sur la quinzaine de places disponibles pour les enfants des employés de la compagnie d'assurance, six sont achetées par la ville de Nyon pour des bambins des communes avoisinantes.

Ce cas n'est pas unique dans le canton. A Vers-chez-les-Blancs, la crèche de Nestlé accueille également des enfants dont les parents ne travaillent pas dans l'entreprise mais qui habitent le village. Celle d'Orange, à Lausanne, touche une subvention pour autant qu'elle accueille quelques enfants du quartier. La ville d'Avenches, qui ne compte aucune crèche à ce jour, a proposé un projet de partenariat à Nestlé.

«La collaboration public-privé est une bonne solution, relève Doris Cohen-Dumani, présidente de la Fondation pour l'accueil de jour des enfants. Elle arrange les parents qui recherchent des places, et les entreprises, qui ne sont pas sûres d'avoir assez d'enfants pour remplir leurs garderies. La Fondation résulte directement de ce partenariat puisqu'elle est financée en partie par l'Etat et les communes, et en partie par des entreprises privées.» Une structure cantonale mise en place au début de l'année dont l'objectif est de promouvoir la création de 2500 nouvelles places d'ici à 2010.

Delphine Gachet

Ton opinion