Affaire Rappaz - Valais: L'avenir du chanvrier se joue au parlement
Actualisé

Affaire Rappaz - ValaisL'avenir du chanvrier se joue au parlement

Le Grand Conseil valaisan décide jeudi après-midi du sort du gréviste de la faim, Bernard Rappaz.

Réuni à huis clos, il acceptera ou non de gracier le chanvrier valaisan en grève de la faim depuis 84 jours consécutifs. Tout porte à croire que sa demande de grâce sera rejetée.

Aucun parti politique n'a donné de consigne de vote sauf l'UDC. La plus petite formation du législatif valaisan refusera l'entrée en matière. Pour elle, «le simple fait de dire non à la demande de grâce serait déjà un signe de faiblesse».

Plus nuancées, les autres formations politiques laissent chaque député prendre sa décision en son âme et conscience. Mais dans les travées, rares sont ceux qui soutiennent ouvertement Bernard Rappaz.

Les députés qui s'expriment publiquement sont en principe peu cléments: ils ne veulent pas cautionner «le chantage» du chanvrier, préfèrent respecter «sa liberté de mourir» ou encore estiment que Bernard Rappaz doit «se sauver lui-même» en mettant fin à sa grève de la faim

Marcelle Monnet-Terrettaz, présidente du groupe socialiste du Valais romand au Grand Conseil, a affirmé devant les caméras de la télévision cantonale Canal 9 qu'elle dira oui à la demande de grâce, «par compassion». Elle veut sauver un homme mais ne soutient pas Bernard Rappaz.

Conseil fédéral interpellé

Condamné à cinq ans et huit mois pour violation grave de la loi sur les stupéfiants et autres délits, Bernard Rappaz a entamé sa grève de la faim le jour de son entrée en prison le 20 mars 2010. Il a obtenu une interruption de peine de quinze jours en mai puis des arrêts domiciliaires en juillet.

Depuis son entrée en prison, il totalise 196 jours de grève de la faim. Actuellement, il est hospitalisé aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Les médecins refusent de le nourrir de force malgré l'arrêt du Tribunal fédéral et l'injonction des autorités politiques et judiciaires valaisannes.

Aba Neeman, l'avocat de Bernard Rappaz, a remué ciel et terre pour obtenir une suspension de peine ou des arrêts domiciliaires. En vain. Le TF a rejeté le dernier recours en début de semaine et le Conseil fédéral a refusé d'intervenir, invoquant l'absence de bases juridiques pour agir, l'exécution des peines relevant des cantons.

De nombreuses personnalités, surtout de l'extérieur du Valais, se sont aussi engagées en faveur de Bernard Rappaz, comme l'ancienne politicienne Anne-Catherine Menétrey-Savary (Verts/VD), l'ex- directeur de l'Office fédéral de l'environnement Philippe Roch ou le médecin et conseiller national Jean-Charles Rielle (PS/GE). Ce dernier a même envoyé une lettre ouverte aux députés du Grand Conseil valaisan.

Si sa grâce lui est refusée, Bernard Rappaz devrait poursuivre sa grève de la faim aux HUG. En mai dernier, il avait néanmoins dit vouloir se plier à la décision du Grand Conseil, quelle qu'elle soit. (ats)

Ton opinion