Crash d'EgyptAir: L'avion avait été tagué: «On abattra cet appareil»
Actualisé

Crash d'EgyptAirL'avion avait été tagué: «On abattra cet appareil»

Le «New York Times» révèle qu'il y a deux ans, des menaces avaient été inscrites sous le fuselage de l'Airbus A320 qui s'est crashé jeudi dans la Méditerranée.

par
joc
1 / 58
L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)

L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)

Keystone
Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)

Keystone
L'Egypte va commencer à rendre les restes des corps des victimes du crash du MS804 d'EgyptAir. L'appareil avait disparu des radars le 19 mai. (Samedi 31 décembre 2016)

L'Egypte va commencer à rendre les restes des corps des victimes du crash du MS804 d'EgyptAir. L'appareil avait disparu des radars le 19 mai. (Samedi 31 décembre 2016)

kein Anbieter

Les causes du crash du vol MS804 n'ont pas encore été établies, mais la piste d'un acte terroriste est plus que probable. Les médias américains penchent sans équivoque pour cette thèse et soulignent le fait que la compagnie EgyptAir se savait menacée par les terroristes. Le «New York Times» révèle d'ailleurs une information troublante: il y a deux ans, une inscription en arabe avait été retrouvée sous le fuselage de l'Airbus A320 qui s'est crashé en Méditerranée jeudi dernier. «Nous abattrons cet avion», était-il écrit sur la carlingue de l'appareil.

Cette inscription était apparue lors d'une manifestation des Frères musulmans. Elle était l'oeuvre de membres du personnel au sol de l'aéroport du Caire, ont expliqué trois responsables de la sécurité du même aéroport, qui s'exprimaient sous couvert d'anonymat. A l'époque, EgyptAir n'avait pas pris cet acte de vandalisme pour une menace terroriste, mais plutôt comme un signe de protestation contre le président Abdel Fattah Al-Sissi. Les auteurs du message avaient d'ailleurs joué sur la ressemblance entre les dernières lettres de l'immatriculation de l'appareil (SU-GCC) et le surnom du président égyptien, qu'ils traitaient de «traître» et de «menteur».

Depuis lors, la compagnie aérienne a pris toutes sortes de mesures face au climat politique tendu dans le pays, face à la menace terroriste et en raison des catastrophes aériennes telles que le crash d'un avion russe survenu en octobre dernier dans le Sinaï. EgyptAir a licencié des employés suspectés d'appartenance à des mouvances jihadistes, revu son système de recrutement et engagé beaucoup d'agents de sécurité non armés pour ses vols. Trois d'entre eux sont d'ailleurs décédés dans le crash du 19 mai.

Ton opinion