Espionnage - USA: L'avion de Snowden ne sera pas intercepté
Actualisé

Espionnage - USAL'avion de Snowden ne sera pas intercepté

Barack Obama a assuré ne pas avoir l'intention d'intercepter l'avion d'Edward Snowden, si cet ex-consultant de la NSA devait quitter l'aéroport de Moscou où il est coincé depuis dimanche.

L'ex-consultant de la NSA Edward Snowden, recherché par les Etats-Unis pour espionnage, a entamé jeudi une cinquième journée dans l'aéroport de Cheremetievo à Moscou. Selon une source proche du dossier, il ne peut pas quitter la Russie, faute d'un passeport valable.

M. «Snowden n'a pas de papiers valables. Pour cette raison, il ne peut aller ni à Cuba, ni où que ce soit», a affirmé cette source, citée par l'agence publique Ria-Novosti. Les Etats-Unis, qui réclament son extradition, ont annoncé dimanche avoir annulé son passeport.

Selon la chaîne de télévision hispanique Univision, basée aux Etats-Unis, l'Equateur a fourni un «laissez-passer» à l'ancien agent de la CIA. Elle a publié sur son site Internet la copie d'un document daté du 22 juin produit par le consulat général de l'Equateur à Londres.

Le texte d'une page, aux emblèmes de l'Equateur, liste notamment le nom de M. Snowden, sa date et son lieu de naissance, la couleur de ses cheveux et de ses yeux, sa taille et sa situation de famille. Il est signé du nom de Fidel Narvaez Narvaez, identifié comme «consul général d'Equateur à Londres».

Washington accuse

L'Equateur avait démenti mercredi avoir fourni un document permettant de voyager à Edward Snowden.

Les Etats-Unis ont accusé mercredi Hong Kong d'avoir simulé la confusion sur l'identité d'Edward Snowden afin de ne pas avoir à interpeller l'informaticien américain, avant son départ pour la Russie.

Hong Kong avait répondu à une demande de Washington d'arrêter Edward Snowden pour espionnage en demandant des éclaircissements sur le deuxième prénom de l'informaticien, a déclaré un porte-parole du département américain de la Justice.

«Que les autorités de Hong Kong aient demandé un supplément d'information sur son identité prouve qu'elles cherchaient un prétexte pour ne pas répondre à la demande d'arrestation», a dit le porte-parole.

Edward Snowden, ancien agent de la NSA (National Security Agency) à Hawaï, a quitté Hong Kong dimanche dernier. L'Equateur a fait savoir mercredi par un communiqué de son ambassade à Washington qu'il étudiait la demande d'asile de M. Snowden.

Obama temporise

«Je ne vais pas envoyer des avions pour attraper un pirate informatique de 29 ans», a déclaré jeudi M. Obama, lors d'une visite à Dakar, en faisant une petite erreur sur l'âge de M. Snowden qui a eu 30 ans la semaine dernière.

Le président américain a également indiqué ne pas avoir appelé ses homologues chinois et russe à propos de M. Snowden, car il s'agit purement d'une affaire légale selon Washington.

M. Snowden semblait jeudi devoir s'installer pour plus longtemps que prévu dans la zone de transit de l'aéroport Cheremetievo de Moscou où il se trouve depuis son arrivée présumée dimanche selon les autorités russes.

Le prochain vol pour La Havane en provenance de Moscou n'est prévu que samedi, selon le site de l'aéroport, et Snowden pourrait ainsi rester à Cheremetievo au moins jusqu'à la fin de la semaine. (ats/afp)

L'Equateur renonce à son accord douanier avec les Etats-Unis

L'Equateur a annoncé jeudi qu'il renonçait à son accord douanier avec les Etats-Unis qui lui valait des tarifs préférentiels. Ce geste vise à réaffirmer son indépendance en vue de l'examen de la demande d'asile de l'informaticien Edward Snowden. «L'Equateur renonce de manière unilatérale et irrévocable à ces préférences douanières», selon une déclaration du gouvernement, lue par le ministre équatorien de la Communication Fernando Alvarado. «L'Equateur n'accepte ni des pressions ni des menaces de personne. Et il ne marchande pas avec les principes, il ne les soumet pas à des intérêts mercantiles, aussi importants qu'ils soient», ajoute le texte. Les Etats-Unis ont signé un accord douanier de ce type avec plusieurs pays andins leur offrant des tarifs préférentiels en contrepartie de leur engagement à combattre le narcotrafic dans cette région.

Le cas de Snowden «dans l'impasse»

Le cas du fugitif américain Edward Snowden est dans une «impasse», Moscou refusant de remettre l'ex-consultant de la NSA à Washington, a estimé mercredi une source russe proche du dossier à l'agence Interfax. «La situation autour de Snowden est dans une impasse», a déclaré cette source. «Il n'a pas l'intention de se rendre aux autorités, c'est la raison pour laquelle il ne quitte pas la zone de transit et ne traverse pas la frontière russe. Et Moscou laisse trainer», a-t-elle expliqué. «Jusqu'à présent, Moscou n'a reçu aucune demande officielle (d'extradition, ndlr) des Etats-Unis. Il y a eu des contacts à un niveau non-officiel, par les canaux diplomatiques, pour demander d'arrêter et d'expulser» le jeune Américain, a ajouté cette source. Mais «compte-tenu du fait que les relations bilatérales ne sont pas au beau fixe», Moscou a refusé d'y répondre, a-t-elle dit.

Ton opinion