Examen controversé à la HEP: L'école rétropédale, le syndicat dit: «Pas assez»
Actualisé

Examen controversé à la HEPL'école rétropédale, le syndicat dit: «Pas assez»

La Haute école pédagogique vaudoise donne raison aux étudiants qui ont recouru contre un examen mal ficelé. Mais pour le syndicat SUD, d'autres problèmes subsistent.

par
frb/apn
La HEP souhaite rétablir la sérénité avec son geste.

La HEP souhaite rétablir la sérénité avec son geste.

P. Maeder/24 Heures

Cinquante recours ont été déposés par des étudiants de la Haute école pédagogique (HEP) vaudoise après une épreuve controversée, qui a connu un taux d'échec particulièrement élevé. Leur voix a été entendue. Ce lundi, le Comité de direction de l'école basée à Lausanne a reconnu «plusieurs faiblesses dans la procédure d'examen qui doivent être corrigées». A titre exceptionnel, les résultats de l'épreuve seront reconsidérés.

En clair: un point sera offert aux étudiants qui n'avaient pas compris que deux réponses étaient possibles dans six questions du questionnaire à choix multiples. Le seuil de réussite sera en outre fixé à 60% du total maximum des points, indépendamment des deux parties de l'examen. Enfin, les étudiants qui n'atteindraient tout de même pas ce seuil auront la possibilité de se présenter deux fois en rattrapage.

La HEP souhaite ainsi «rétablir la sérénité nécessaire à la formation», fait-elle savoir. La direction assure que des mesures seront prises pour éviter que ce genre de problème ne se reproduise.

Le taux d'échec a quadruplé

Mais, même si la réévaluation opérée a permis à des étudiants de voir leur échec à l'examen se transformer en réussite, le syndicat estudiantin SUD maintient la pression sur la direction de l'établissement. La fédération syndicale estime qu'en dépit des correctifs apportés, le taux d'échec est d'environ 20% contre une moyenne de 5% les années précédentes. «Les mesures prises ne sont donc pas suffisantes», en a déduit SUD. Qui a également décidé de s'attaquer aux frais de 400 f que la HEP exige pour les recours des étudiants. «Un tel montant prohibitif a poussé des étudiants à renoncer à toute procédure de contestation légitime», souligne le syndicat. SUD invite la Conseillère d'Etat vaudoise en charge de la formation à se prononcer sur cette question.

Ton opinion