Suisse: L'économie va mieux, selon la BNS
Actualisé

SuisseL'économie va mieux, selon la BNS

Des signaux positifs sont observés en provenance de «larges pans» des secteurs des services et de la construction. L'emploi ne donne pas encore satisfaction.

Thomas Jordan, président de la BNS, prend la parole lors de la conférence de presse en compagnie du vice-président Fritz Zurbruegg.

Thomas Jordan, président de la BNS, prend la parole lors de la conférence de presse en compagnie du vice-président Fritz Zurbruegg.

Keystone

L'économie suisse se trouve sur la voie de la reprise, estime Thomas Jordan, président de la Banque nationale suisse (BNS). Le constat vaut notamment pour les exportations, grâce au redressement de l'industrie depuis le début de l'année.

L'institut d'émission monétaire observe également des signaux positifs en provenance de «larges pans» des secteurs des services et de la construction. Le phénomène se manifeste par une propension accrue des entreprises à investir, s'est réjoui Thomas Jordan, jeudi à Berne lors de la conférence de presse de mi-année de la BNS.

Le marché de l'emploi encore à la peine

Reste que le franc fort ne constitue de loin pas encore un mauvais souvenir pour toutes les branches, a noté le Biennois. Pour certaines, les capacités demeurent en outre sous-utilisées et les marges des entreprises apparaissent toujours sous pression, avec une origine à la fois conjoncturelle et structurelle.

La dynamique générale relevée par Thomas Jordan ne rejaillit que de manière partielle sur le marché du travail en Suisse. L'amélioration y ressort encore modeste, malgré un recul du taux de chômage à 3,1% le mois dernier, à son plus bas niveau depuis juillet 2016. Les entreprises se montrent pour l'heure prudentes en matière d'embauches.

Pour l'ensemble de l'année 2017, la BNS anticipe un taux de croissance de l'économie suisse de 1,5%. Ce coefficient est inchangé par rapport à la prévision formulée par la banque centrale il y a trois mois.

Optimisme pour le second semestre

Dans les prochains mois, les entreprises suisses prévoient d'augmenter légèrement leurs effectifs, selon des entretiens menés par la BNS auprès de 240 entrepreneurs. Les dépenses d'investissement devraient aussi un peu s'accroître.

Au 2e semestre, les interlocuteurs interrogés par la Banque nationale suisse (BNS) escomptent une hausse plus soutenue des chiffres d'affaires réels, grâce essentiellement à l'évolution plus favorable de la conjoncture internationale, relate jeudi l'institut d'émission. La relative stabilité des conditions de change joue aussi un rôle.

Hausse des salaires

Actuellement, les effectifs sont jugés conformes aux besoins. En 2016, les entreprises interrogées estimaient encore être plutôt en sureffectif. Pour le second semestre, les interlocuteurs envisagent même d'accroître légèrement les effectifs.

Selon les informations fournies à la BNS, les augmentations de la masse salariale réalisées jusqu'ici pour l'année 2017 s'élèvent en moyenne à un peu plus de 0,8%. La BNS a mené des entretiens entre mi-avril et fin mai. Chaque trimestre, quelque 240 entreprises sont sélectionnées en fonction de la structure sectorielle de l'économie suisse. (nxp/ats)

Le marché hypothécaire sous la loupe

La Banque nationale suisse (BNS) va continuer d'observer attentivement l'évolution sur les marchés hypothécaire et immobilier. L'institut tiendra tout particulièrement compte des objets de rendement résidentiels, explique Fritz Zurbrügg.

Le niveau de risque choisi par les banques lors de l'octroi de crédits sera observé, a déclaré jeudi devant la presse réunie à Berne, le vice-président de la BNS. L'institut continuera par ailleurs d'examiner régulièrement la nécessité d'adapter le volant anticyclique de fonds propres.

Fritz Zurbrügg rappelle que l'augmentation de la prise de risques lors de l'octroi de crédits pourrait entraîner un regain de croissance sur les marchés hypothécaire et immobilier, notamment dans les objets de rendement résidentiels. Les prix de ces derniers pourraient continuer de subir «une forte pression à la hausse».

(NewsXpress)

Ton opinion