Actualisé 12.07.2019 à 08:52

Veyrier (GE)

L'écopoint infernal exhale de nouveau ses miasmes

Chaque été, les poubelles placées près des fenêtres rendent la vie impossible aux voisins. La commune va agir.

de
mpo
L'écopoint est situé à deux mètres du bâtiment.

L'écopoint est situé à deux mètres du bâtiment.

mpo

«Cauchemar olfactif», «odeur atroce qui brûle les yeux et la gorge», «puanteur de cadavre». Christine n'a pas de mots assez forts pour décrire les odeurs qui se dégagent de l'écopoint enterré littéralement à côté de chez elle et qui lui font passer des étés difficiles depuis sa construction en 2016.

Ces containers ont défrayé la chronique dès leur création: situés à 2 m des fenêtres, ils dégagent une forte odeur en été. Les habitants se sont plaints et la Ville de Veyrier a mis en place des mesures dès 2017. Ainsi, la fréquence de levée des déchets et des nettoyages a été augmentée. Les restaurateurs ont dû s'arranger avec des entreprises privées pour évacuer leurs restes. «Les nuisances ont été atténuées», assure Raymond Gavillet, conseiller administratif.

Mais cela n'a manifestement pas suffi. «Cette année, pendant la canicule, c'était intenable, confirme la coiffeuse installée en face. Il a fallu fermer les fenêtres.» Excédée, Christine a, elle, alerté toute la République par voie de mails. Elle a été entendue, puisque le Canton a interpellé Veyrier.

Raymond Gavillet se dit attentif au problème: «Les déchets vont être analysés afin d'identifier la source du problème. Dans l'immédiat, les fréquences seront à nouveau augmentées, les restaurateurs et les habitants à nouveau rendus attentifs à la problématique des restes alimentaires. On va mettre le paquet.»

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!