Actualisé 07.10.2010 à 21:00

Boue toxiqueL'écosystème du grand Danube touché

Le flux toxique provoqué par un accident industriel en Hongrie a commencé à affecter l'écosystème de la branche principale du Danube.

«Je peux confirmer que nous avons constaté des pertes de poissons sporadiques, c'est vrai (...) dans la branche principale du Danube», a indiqué M. Dobson. «Les poissons morts ont été observés là où la (rivière) Raab se jette dans le Danube. Ils ne résistent pas au PH de 9,1», a-t-il précisé.

Le flux toxique provoqué par des boues rouges suite à un accident industriel dans l'ouest du pays avait atteint jeudi matin le Danube, deuxième plus grand fleuve d'Europe après la Volga. Lundi, un réservoir d'une usine de bauxite-aluminium de la ville d'Ajka (160 km à l'ouest de Budapest) a rompu, déversant plus d'un million de mètres cubes de boue toxique sur sept villages environnant.

Brûlures et irritations ophtalmiques

L'accident, dont les causes restent à élucider, a fait quatre morts, dont une petite fille de quatorze mois, et plus de 150 blessés selon un nouveau bilan officiel. Trois personnes sont toujours portées disparues.

De nombreuses personnes souffrent en outre de brûlures et d'irritations ophtalmiques provoquées par le plomb et d'autres substances corrosives charriées par la boue. Des voitures ont été emportées par le flot et des ponts endommagés. Un demi-millier d'habitants ont dû être évacués.

«Pour sauver l'écosystème du fleuve, le niveau PH doit être ramené sous 8 sur une échelle de 14», a encore souligné M. Dobson. Il a rappelé que peu après cet accident, sans précédent en Hongrie, le niveau de la contamination dans le Torna était de 13,5.

Le Torna est un ruisseau qui a transporté la boue toxique dans la rivière Marcal, qui a succombé au poison. Son écosystème a été complètement détruit, et il faudra attendre entre trois et cinq ans pour y voir peut-être renaître la vie, selon l'organisation de protection de la nature WWF. La Marcal se jette dans la Raab, qui est, elle, un affluent direct du Danube.

Limitée à la Hongrie

Sur la base des estimations actuelles, la pollution «restera limitée à la Hongrie et nous avons bon espoir qu'elle atteindra Budapest avec un PH acceptable», a estimé Gabor Figeczky, directeur du WWF à Budapest. Pour lui, l'ampleur de la catastrophe écologique reste toutefois encore difficile à cerner.

«Nous avons cru que le volume d'eau de la Raab allait diluer la pollution, mais malheureusement cela n'a pas été le cas», a-t-il expliqué. «Nous espérons quand même que la branche principale du Danube va s'en tirer sans trop de dégât», grâce à son volume d'eau nettement plus important, a-t-il ajouté.

Tout au long de leur parcours à travers plusieurs rivières, les boues rouges se sont peu à peu diluées dans l'eau et ne sont plus visibles à l'oeil nu. Et cela en partie à la suite du versement dans les rivières d'agents neutralisants, notamment des tonnes de plâtre par les pompiers et des ouvriers.

Premier ministre sur place

Le premier ministre hongrois Viktor Orban s'est rendu dans un des villages touchés, Kolontar. Il a jugé inutile de déblayer les ruines de la partie du village qui a été ravagée par la coulée, la vie y étant désormais impossible.

«C'est difficile de trouver les mots. Si cela s'était produit en pleine nuit, il n'y aurait pas un seul survivant», a-t-il dit aux journalistes. Il a réaffirmé que le drame était probablement dû à une erreur humaine.

«C'est une catastrophe écologique sans précédent en Hongrie. L'erreur humaine est plus que probable. Le mur (du réservoir) ne s'est pas désintégré en une minute. On aurait dû détecter le problème», a-t-il dit.

(ats)

La protection civile de l'UE

La Hongrie a officiellement demandé jeudi soir l'aide de la protection civile européenne. Les autorités hongroises ont demandé l'envoi de «trois à cinq experts» spécialisés dans le domaine des boues toxiques, de la décontamination et de l'environnement.

«La Hongrie a été touchée par une catastrophe environnementale. Des catastrophes comme celle-ci ne s'arrêtent pas aux frontières et une réponse européenne coordonnée peut aider à fournir l'assistance la plus efficace possible. J'appelle tous les Etats membres de l'UE à répondre avec générosité à la demande de la Hongrie», a dit la commissaire à l'aide d'urgence, Kristalina Georgieva.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!