Syrie: L'EI à nouveau chassé de la province d'Idleb
Actualisé

SyrieL'EI à nouveau chassé de la province d'Idleb

Le groupe djihadiste a subi lundi un revers dans la province syrienne, deux jours après y avoir fait une première incursion en trois ans.

1 / 150
Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Keystone
L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

Keystone
Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Keystone

«Après de violents combats, Tahrir al-Cham a de nouveau chassé l'EI d'Idleb», précise lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Il s'agit de la seule province échappant complètement au régime de Bachar el-Assad. Elle est dominée par une coalition de rebelles islamistes et de djihadistes dominée par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda. Plus de trois ans après en avoir été chassé, l'EI avait repris pied samedi dans cette province du nord-ouest syrien frontalière de la Turquie, en s'emparant d'un village.

Un califat en lambeaux

Ce revers intervient après l'effondrement du «califat» autoproclamé par l'EI en 2014 sur de vastes territoires conquis en Syrie et en Irak. En Syrie, le groupe ultraradical n'est plus présent que dans des poches dans l'est, le centre et le sud du pays.

En Irak, le Premier ministre Haider al-Abadi a annoncé samedi «la fin de la guerre» contre l'EI dans ce pays mais le groupe djihadiste y possède encore des caches et des dépôts d'armes selon des experts.

Plus de 340'000 morts

Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar el-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes djihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 340'000 morts et des millions de déplacés et réfugiés. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion