Etat islamique: L'EI affirme avoir exécuté un espion du Mossad
Actualisé

Etat islamiqueL'EI affirme avoir exécuté un espion du Mossad

Le groupe jihadiste a diffusé mardi une vidéo affirmant montrer l'exécution par un jeune garçon d'un Arabe israélien accusé d'espionner pour le compte des services secrets israéliens.

1 / 448
29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

Osamah Waheeb
31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

Keystone/AP
24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

Thaier Al-sudani

Sur la vidéo de plus de 10 minutes, on voit un homme présenté comme Muhammad Said Ismail Musallam vêtu d'une combinaison orange, ainsi que son passeport israélien. Il est ensuite abattu d'une balle dans la tête par le jeune garçon, habillé en treillis.

Après avoir évoqué la récente attaque ayant visé des juifs en France, un jihadiste, s'exprimant en français, menace de s'en prendre aux Israéliens et de conquérir Jérusalem. La vidéo se poursuit avec une liste de noms accompagnés de photos d'hommes présentés comme des espions d'Israël.

En février, le père de Muhammad Said Ismail Musallam avait démenti que son fils ait travaillé pour le Mossad, après la publication dans Dabiq, la revue en anglais de l'EI, d'un article présenté comme l'interview d'un jeune de 19 ans envoyé, selon les jihadistes, en Syrie par l'agence de renseignement israélien.

«Mon fils est innocent. ISIS (l'une des appellations de l'organisation Etat islamique) l'accuse parce qu'il a essayé de s'enfuir», avait-il dit à l'AFP, sans contester que son fils ait interrompu son service civil israélien pour partir faire le jihad en Syrie.

Un porte-parole du Shin Beth, les services de sécurité israéliens, avait alors affirmé que le jeune homme était parti le 24 octobre pour la Turquie, d'où il était passé en Syrie, et que, selon les informations israéliennes, il avait rejoint l'EI. Mais «de sa propre initiative et à l'insu de ses parents», selon le porte-parole.

(afp)

Ton opinion