Syrie: L'EI décapite l'ex-directeur du site de Palmyre
Actualisé

SyrieL'EI décapite l'ex-directeur du site de Palmyre

L'octogénaire, à la tête du site antique durant 50 ans, a été exécuté par le groupe Etat islamique. Sa dépouille a été suspendue à une colonne par les jihadistes.

1 / 448
29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

Osamah Waheeb
31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

Keystone/AP
24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

Thaier Al-sudani

Le groupe radical Etat islamique (EI) a décapité l'ancien directeur du site archéologique de Palmyre, au centre de la Syrie.

Le corps de Khaled Assaad a été suspendu à une colonne antique d'une des places de la ville, a déclaré mardi soir le directeur des Antiquités syriennes. Maamoun Abdoulkarim a précisé à Reuters tenir l'information de la famille du défunt.

M. Assaad était âgé de 82 ans. Cet universitaire avait dirigé pendant cinquante ans le site des ruines romaines de Palmyre. Au fil des années, il avait été amené à travailler avec des archéologues français, américains, allemands et suisses. Il était détenu depuis un mois par le groupe jihadiste qui s'est emparé en mai de la ville du centre de la Syrie. Il aurait été exécuté mardi.

Depuis le 21 mai, l'Etat islamique (EI) contrôle la totalité de la cité antique de Palmyre. Les jihadistes y ont notamment détruit deux anciens mausolées islamiques, ainsi que la fameuse statue du Lion d'Athéna, haute de trois mètres. Ils y ont aussi procédé à l'exécution de «prisonniers». (ats)

Ton opinion