Etats-Unis: L'élection d'Obama provoque une hausse des ventes d'armes à feu

Actualisé

Etats-UnisL'élection d'Obama provoque une hausse des ventes d'armes à feu

Les ventes de fusils, de pistolets et de munitions se sont envolées dans plusieurs régions des Etats-Unis. Certains Américains redoutent que le futur président Barack Obama impose des restrictions sur l'acquisition d'armes à feu.

«Dès le lendemain de l'élection, des gens m'ont appelé. Ils voulaient acheter des armes semi-automatiques», raconte David Greenberg, propriétaire du Second Amendment Family Gun Shop à Bisbee en Arizona. Greenberg est en rupture de stock de fusils AR- 15 depuis quelques jours.

«Les gens ont peur que ces armes soient interdites, ce qui est probable», précise-t-il. «Obama et Biden sont tentés d'éliminer les armes à feu dans ce pays.»

La National Shooting Sports Foundation, une association de défense du tir sportif, de la chasse et du commerce des armes à feu, a enregistré une hausse de 10% des ventes cette année, avec une forte accélération du phénomène avant le scrutin.

«Les détenteurs d'armes craignent qu'Obama s'en prenne même à ceux qui possèdent de simples pistolets», a expliqué Tony Aescliman, porte-parole de l'association. «Il est clairement contre nous.»

Lors de sa campagne, Obama a indiqué qu'il ne comptait par remettre en cause le droit de posséder une arme. Toutefois, Obama et Joe Biden soutiennent l'idée d'une interdiction des armes d'assaut, telles que les fusils semi-automatiques, et plaident pour des «mesures de bon sens» empêchant les enfants de disposer d'armes à feu.

La National Rifle Association (NRA), puissant lobby, estime qu'Obama représente une «grave menace pour les libertés contenues dans le Deuxième Ammendement». L'un des reproches formulés par la NRA vise une augmentation de 500% de la taxe fédérale sur les armes et les munitions qu'Obama avait évoquée quand il était sénateur de l'Etat de l'Illinois en 1999. Depuis, il n'a plus jamais abordé le sujet.

(ats)

Ton opinion