Actualisé 23.12.2016 à 05:50

JaponL'empereur fête ses 83 ans, l'abdication en débat

Akihito, fiévreux, est tout de même apparu en public. L'été dernier, il avait parlé d'abdication.

L'empereur nippon, Akihito, lors de son anniversaire le 23 décembre 2016.

L'empereur nippon, Akihito, lors de son anniversaire le 23 décembre 2016.

AFP

L'empereur Akihito du Japon fête vendredi ses 83 ans, un anniversaire qui a rassemblé une foule immense dans l'enceinte du palais impérial, alors qu'est actuellement en débat la question d'autoriser ou non son abdication.

Fiévreux et contraint d'annuler plusieurs rendez-vous ces derniers jours, le souverain est apparu en public sur un balcon vitré d'un bâtiment impérial, avec une partie de sa famille, dont le prince héritier Naruhito, sous le salut de milliers de petits drapeaux «hinomaru» agités par des Japonais de tous les âges criant «banzai» («dix mille ans», signifiant «longue vie»).

«Je viens tous les ans depuis son intronisation, pour son anniversaire et le nouvel an. Il tient son rôle avec une telle rigueur», a témoigné pour l'AFP une septuagénaire, habitante de Tokyo.

«Symbole de la Nation»

Les citoyens nippons sont immensément respectueux de l'empereur Akihito et de l'impératrice Michiko, qui ont inauguré en 1989 une nouvelle forme de règne, pacifiste, humaniste et humble, qu'a encore mis en relief son message diffusé pour son anniversaire, où il parle surtout des autres.

Mais le «Tennô heika» craint que le rôle de «symbole de la Nation» sous lequel il est le premier à avoir été intronisé ne puisse plus à l'avenir être exercé de façon pleine et entière à cause de son âge.

«Heureusement, je suis aujourd'hui en bonne santé. Cependant, quand je vois ma forme décliner progressivement, je m'inquiète de la difficulté à remplir mes fonctions», avait déclaré l'empereur Akihito dans une rare allocution télévisée en août dernier.

Réponses du panel en 2017

S'il n'avait alors pas prononcé l'expression «abdication», ce souhait avait filtré dans ses paroles et entraîné une réflexion nationale sur sa fin de règne.

«Je remercie profondément tous ceux qui ont prêté une attention à mes propos et y réfléchissent avec différents points de vue», a déclaré vendredi le souverain.

En vertu de la loi régissant la Maison Impériale, l'Empereur du Japon n'est pas autorisé à quitter ses fonctions de son vivant, mais le gouvernement a nommé une commission pour réfléchir à «l'allègement des tâches publiques de l'empereur et autres sujets».

Les recommandations de ce panel sont attendues début 2017. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!