Actualisé 08.11.2019 à 14:40

Monthey (VS)La mystérieuse disparition qui arrange tout le monde

De nombreux oiseaux sont morts la semaine dernière, certainement empoisonnés. Mais les restes ont disparu avant d'être analysés.

von
xfz

Les cadavres de deux pigeons sont apparus dans le quartier de l'Eglise, jeudi dernier, à Monthey (VS). La police les a ramassés et amenés à l'équarrissage. Le lendemain, jour de la Toussaint, c'est, selon nos informations, au moins une dizaine de pigeons et moineaux qui ont été retrouvés agonisants ou décédés. La police municipale confirme avoir été interpellée par des citoyens à ce sujet, à deux reprises durant la journée.

Les forces de l'ordre affirment toutefois qu'elles n'ont pas touché les volatiles et qu'elles se sont contentées d'appeler la SPA du Bas-Valais. Néanmoins, Jean Vocat, responsable de la structure, n'en démord pas: «Personne ne m'a contacté, et encore moins la police. D'ailleurs, je collabore régulièrement avec elle. Mais, pour cette fois, c'est complètement faux! Je ne sais pas pourquoi elle raconte des salades», insiste-t-il.

Il fallait appeler le garde-faune

«Qui de la SPA ou de la police ment? Nous ne le saurons jamais», déplore Stéphane Coppey, président de la commune. Toujours est-il que, s'agissant d'animaux sauvages, c'est le garde-faune qui aurait dû être appelé. Mais Philippe Dubois, chargé de ce secteur, n'a pas été davantage contacté. Ainsi, dans tous les cas, la procédure n'a pas été respectée.

De plus, plusieurs témoins soutiennent avoir vu les policiers ramasser les cadavres. «Deux agents sont venus avec leur véhicule jusque devant le parvis de l'église. Ils ont enfilé des gants et ramassé les oiseaux, avant de les mettre dans leur coffre et de repartir», détaille l'un d'eux. Une version qui est donc à l'opposé de celle figurant dans le journal de bord de la police municipale.

Les dépouilles des oiseaux ayant mystérieusement disparu, elles n'ont pas pu être analysées. Dès lors, personne ne sait avec certitude ce qui a provoqué cette petite hécatombe. Mais la piste de l'empoisonnement semble la plus sérieuse. «Il y a deux ou trois ans, au même endroit, nous avions eu un cas semblable. A l'époque, nous avions estimé qu'il ne valait pas la peine de faire des analyses. Mais nous avions quand même demandé à la police de renforcer la surveillance, car nous avions de fortes suspicions qu'un citoyen les avait empoisonnés», commente le président.

Une enquête aurait dû être ouverte

Interpellé par «20 minutes», le vétérinaire cantonal Eric Kirchmeier se positionne comme suit: «les polices ont le devoir de collaborer en matière de protection des animaux et de lutte contre les épizooties. Il existe des directives fédérales au sujet des analyses devant être effectuées sur des oiseaux sauvages ayant péri en l'absence de cause claire de leur mort. Dans le cas présent, et après contact avec la commune de Monthey, il s'avère qu'un petit nombre de pigeons ont été retrouvés morts, et éliminés. La police a été informée qu'en cas de suspicion d'empoisonnement, une enquête doit être ouverte.»

La police montheysanne s'est donc trompée et son erreur profite à l'éventuel empoisonneur. Sans analyse, il n'y a ni enquête ni coupable. Dans le doute, «20 minutes» a mené une enquête de voisinage dans le quartier de l'Eglise. Mais les seules réponses concrètes obtenues, l'ont été sous couvert d'anonymat. «Ici, tout le monde sait de qui il s'agit. D'ailleurs, l'auteur s'en vante à qui veut bien l'entendre. Mais je ne peux pas donner son nom ni le dénoncer, car c'est une personne très influente à Monthey. Et je ne veux pas prendre le risque de perdre mon commerce!»

Les fientes agacent les croyants et commerçants

Aux alentours de l'église de Monthey, les traces de déjections d'oiseaux sont nombreuses. Les façades des bâtiments ou les stores des boutiques sont par endroits recouverts de fientes. Une commerçante de la région affirme même qu'il n'est pas rare de «se prendre un petit caca sur la tête en sortant de l'église». Selon elle, quelqu'un aurait donc agi pour «rendre service à tout le monde», en empoisonnant les oiseaux.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!