Porrentruy (JU): L'empreinte digitale sert de bulletin de présence
Actualisé

Porrentruy (JU)L'empreinte digitale sert de bulletin de présence

Un appareil scanne le pouce des étudiants à l'entrée d'une école technique.

par
Nicolas Maradan

Depuis une semaine, 235 élèves de l'Ecole des métiers techniques doivent plaquer leur pouce contre un appareil scannant les empreintes digitales en arrivant en cours. Selon la TSR, l'établissement a instauré ce nouveau système pour permettre aux jeunes, âgés de 15 à 20 ans, d'avoir un horaire libre. Le scanneur fait alors office de timbreuse.

Pour réaliser ce système, l'école a dû récolter les empreintes de chaque élève et les réunir dans une base de données. Une méthode qui a surpris Jean Moritz, président de la Commission cantonale de protection des données. «L'école ne s'est pas annoncée auprès de l'autorité de surveillance», explique-t-il. «C'est tout à fait légal, rétorque Jean Theurillat, directeur de l'école. D'ailleurs, les empreintes sont cryptées et c'est le fabricant qui détient le code.»

Après avoir fait son enquête, Jean Moritz semble également rassuré. «Selon le fabricant, l'appareil analyse cinq points du doigt et reconstitue l'empreinte à partir de là. A première vue, cela semble donc admissible», explique-t-il. «Il n'y a aucune récupération de données possible», confirme Nathalie Barthoulot, directrice du Centre jurassien d'enseignement et de formation, qui avoue toutefois que les élèves n'avaient pas été consultés. «On va les informer que leurs empreintes ne seront pas diffusées et qu'elles seront effacées quand ils quitteront l'école», indique-t-elle.

Un moyen d’être à la pointe

Comme le passeport biométrique et Google Street View, la timbreuse à empreintes fait planer l’ombre de Big Brother. Mais quelle est l’utilité d’un appareil analysant les empreintes digitales? «Nous voulons être à la pointe de la technologie», explique Jean Theurillat, directeur de l’Ecole des métiers techniques de Porrentruy. L’introduction de ce système n’a donc rien à voir avec une surveillance accrue des élèves.

Ton opinion