Vaud: L'enfant du meurtrier reste dans sa famille d'accueil
Actualisé

VaudL'enfant du meurtrier reste dans sa famille d'accueil

L'homme qui a tué son épouse à Assens (VD) en 2012, a écopé de 14 ans de prison. L'avenir de son fils est étudié.

par
Christian Humbert
La Cour a jugé la version du prévenu comme étant crédible.

La Cour a jugé la version du prévenu comme étant crédible.

Le meurtrier d'Assens a été condamné vendredi à 14 ans de prison pour avoir tué son épouse en 2012. A présent se pose la question de l'avenir de l'enfant du couple, aujourd'hui âgé de 3 ans. «Cet enfant a connu une douloureuse épreuve à l'âge de trois mois. Cela laisse des traces. Placé dans une famille d'accueil, il ne peut subir une nouvelle séparation et ne peut donc pas être transféré chez la sœur jumelle de la victime», selon un pédopsychiatre romand qui souhaite rester anonyme. Il estime que le Service vaudois de la protection de la jeunesse fait tout pour «choisir la meilleure solution qui soit, dans le seul intérêt de l'enfant» et avec les précautions nécessaires. Me Manuela Ryter Godel, avocate de l'accusé, en dit le moins possible: «Le retrait de l'autorité parentale n'est pas automatique. Pour nous, l'enfant est sacré. Nous ferons tout pour qu'il soit préservé.» Me Léonard Bruchez, conseil de la famille de la victime, l'admet: «Le cas est sans cesse réévalué par la justice de paix.» L'avenir de l'enfant dépendra de procédures civiles, que Me Bruchez sait longues. Le jugement pourrait faire l'objet d'appels du procureur et des parties civiles.

Pas de préméditation

Le Tribunal criminel d'Yverdon-les-Bains (VD) a condamné vendredi à 14 ans de prison pour meurtre l'ingénieur de 46 ans qui a tué sa femme et fait croire à sa disparition, fin 2012 à Assens. Le mari a agi sans préméditation, sous le coup d'une rage irrépressible. Le tribunal a écarté l'assassinat, qu'avait requis le Parquet, car le prévenu ne présente pas «la froideur affective et l'absence totale de scrupules qui caractérisent un assassin». Sa culpabilité n'en reste pas moins «lourde».

Ton opinion