Actualisé 21.10.2015 à 09:31

Meurtre de Marie

L'enquête est finie, procès d'ici à fin mars

L'enquête contre Claude D., accusé d'avoir tué la jeune Marie en mai 2013, est close. Le procès devrait se tenir avant fin mars, indique mercredi le Ministère public vaudois.

L'enquête contre Claude D., accusé d'avoir tué la jeune Marie près de Payerne (VD) en mai 2013, est close. Le procès devrait se tenir avant fin mars, indique mercredi le Ministère public vaudois.

Le procureur général du canton de Vaud, Eric Cottier, a mis fin à l'enquête le 19 octobre. Il renvoie Claude D. (38 ans) devant le Tribunal du Nord vaudois pour assassinat, contrainte sexuelle, séquestration et enlèvement avec circonstance aggravante.

Victime étranglée

Le procès devrait se tenir avant fin mars. Les débats sont prévus sur «plusieurs jours», environ une semaine. A Yverdon-les Bains ou à Renens, c'est le président du Tribunal qui décidera, note Eric Cottier.

Les qualifications juridiques couvrent l'ensemble des faits reprochés à Claude D., soit avoir donné la mort à Marie en l'étranglant dans la nuit du 13 au 14 mai après l'avoir enlevée en début de soirée.

Pas de 3e expertise

Interrogé sur les deux expertises psychiatriques menées avec Claude D., le procureur général souligne que «ni les parties, ni le Ministère public n'ont considéré qu'il fallait en envisager une troisième.»

La première expertise avait clairement indiqué que le prévenu était incurable, inaccessible à vie à une thérapie. La seconde parlait de risque de récidive très élevé, mais ajoutait qu'un diagnostic d'incurabilité à vie ne pouvait être scientifiquement établi par la médecine.

Internement à vie

Pour mémoire, le Code pénal autorise l'internement à vie depuis 2008. Pour prononcer cette peine, le juge doit se baser sur deux expertises indépendantes qui fassent état de l'inaccessibilité à vie du condamné à tout traitement.

Après avoir reçu la deuxième expertise, Eric Cottier a procédé en juin à une rencontre contradictoire entre les deux psychiatres. «De mon côté, j'estime que les divergences sont ténues alors que la défense les considère plus importantes. Malgré cela, elles ne sont pas d'une dimension telle que ça nécessite la mise en oeuvre d'une troisième expertise», a expliqué le procureur général vaudois.

Enquête complète

La défense a demandé des réquisitions complémentaires, soit un certain nombre d'auditions de personnes qui avaient déjà été entendues en cours d'enquête. «J'ai estimé de mon côté que l'enquête était complète et que ces auditions n'étaient pas nécessaires», relève Eric Cottier.

Pour tout ce qui touche à la problématique des informations sur les réseaux sociaux, le procureur juge également que «bon nombre d'enquêtes ont été menées. Je considère que c'est bien assez pour connaître au mieux le contexte des faits», selon Eric Cottier.

Déjà condamné à 20 ans

Le 13 mai 2013, Claude D. a enlevé Marie, âgée de 19 ans à la sortie de son travail dans un restaurant de Payerne. Le corps de la jeune femme a été retrouvé deux jours plus tard abandonné dans une forêt.

Avant le meurtre de Marie commis alors qu'il était aux arrêts domiciliaires, Claude D. a été condamné en 2000 à 20 ans de prison. Il avait été reconnu coupable de l'enlèvement, du viol et de l'assassinat de son amie en 1998 à La Lécherette (VD).

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!