Actualisé 21.08.2008 à 10:35

Langue menacéeL'enseignement du «rumantsch grischun» bien accepté dans les Grisons

Les réactions sont globalement positives après la première année d'enseignement en romanche standardisé, le «rumantsch grischun», dans 23 communes des Grisons.

Environ 100 enfants ont été alphabétisés dans cette langue.

Il est par contre encore trop tôt pour tirer un bilan pédagogique, a indiqué à l'ATS Ivo Berther, directeur du projet «'rumantsch grischun' à l'école». Il faudra pour cela attendre encore deux ou trois ans.

Mais les réactions sont positives et les enseignants sont motivés, précise-t-il. Les manuels scolaires de première et deuxième années sont prêts. Ceux de troisième année sont en cours d'élaboration, souligne Ivo Berther.

Formation

«Lia Rumantscha» tire aussi un bilan positif. Les enseignants sont satisfaits de leur formation, les manuels scolaires sont bien acceptés et les cours pour les parents se sont révélés très utiles, souligne Andreas Gabriel, porte-parole de l'organisation de défense du romanche.

Seules les communes qui le souhaitent participent au projet. Les habitants ont pu se prononcer démocratiquement dans chaque village. A la rentrée 2007, 23 communes se sont lancées dans l'enseignement en «rumantsch grischun». Elles sont 11 de plus pour la rentrée 2008.

Six autres devraient suivre en 2009. La moitié des communes où l'on parle romanche seront ainsi intégrées au projet. L'objectif est que tous les villages romanches se rallient d'ici 2015-2020, souligne Ivo Berther.

Idiome régional

La réforme scolaire et l'introduction de l'enseignement en «rumantsch grischun» avaient suscité de nombreuses oppositions lors de la procédure de consultation. Certaines communes ne veulent pas d'un romanche standardisé et défendent leur idiome régional.

«Lia Rumantscha» est en discussion avec les communes réfractaires. L'objectif de cette médiation est de trouver des solutions. Qu'il s'agisse du «rumantsch grischun» ou de l'idiome régional, l'important est que l'école romanche soit préservée, souligne Andreas Gabriel.

Le «rumantsch grischun» est une langue écrite unifiée créée en 1982 par le Zurichois Heinrich Schmidt sur mandat de «Lia Rumantscha». Le but est de sauver le rhéto-romanche, quatrième langue nationale, qui compte cinq idiomes.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!