Culture: L'Entente veut clarifier le statut du Grand Théâtre
Actualisé

CultureL'Entente veut clarifier le statut du Grand Théâtre

Les partis de droite dénoncent une gestion trouble de l'institution. Le Municipal débattra la semaine prochaine d'une possible autonomisation.

par
Didier Tischler
L'institution lyrique est dans la tourmente depuis plusieurs années.

L'institution lyrique est dans la tourmente depuis plusieurs années.

«Aujourd'hui, on ne sait pas qui commande et comment est géré le Grand Théâtre.» Le conseiller municipal radical Olivier Fiumelli souhaite voir l'institution régie de manière plus transparente et autonome. «La moitié des 285 employés est sous contrat avec la Ville, l'autre dépend de la Fondation du Grand Théâtre», poursuit l'élu, qui rappelle que «deux conseillers administratifs sont aussi membres de la Fondation».

Afin de clarifier ce système, Olivier Fiumelli et l'Entente ont déposé une motion qui sera débattue lors de la prochaine séance du Municipal. Ils souhaitent que la Fondation s'organise comme, par exemple, celle des HUG. L'hôpital a en effet un mandat public mais une gestion administrative privée. «Plus de clarté permettrait sans nul doute à des mécènes et au Canton de s'investir, ajoute le radical. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.»

Mis en cause pour sa double casquette de conseiller administratif et administrateur de la Fondation, Manuel Tornare reconnaît que le statut actuel du Grand Théâtre peut paraître «hybride». Le socialiste se dit prêt à étudier un changement structurel afin de le rendre autonome. Présidente de la Fondation, Lorella Bertani, imagine que plusieurs modèles publics sont envisageables. «Mais la décision appartient aux politiques», dit-elle.

Avec 39 millions de francs inscrits au budget de la Ville, le Grand Théâtre représente une part non négligeable des investissements publics.

Ton opinion