Genève: L'entreprise italienne disparaît du chantier TPG
Actualisé

GenèveL'entreprise italienne disparaît du chantier TPG

La société soupçonnée de dumping salarial a quitté soudainement les travaux du dépôt TPG il y a dix jours. Le chantier est ralenti.

par
mpo
Les travaux du dépôt TPG pourraient accuser un retard de 18 mois.

Les travaux du dépôt TPG pourraient accuser un retard de 18 mois.

Keystone/Magali Girardin

L'affaire n'en finit pas de faire des vagues. L'entreprise italienne soupçonnée de sous-enchère salariale sur le chantier d'En Chardon, le futur dépôt géant des Transports publics genevois (TPG), a déserté.

Mi-juin, la société était interdite de travaux. En cause, de présumées fraudes salariales auprès d'employés italiens. Une enquête pénale a été ouverte. Après un recours en justice, l'entreprise avait pu reprendre le travail au bénéfice d'un effet suspensif obtenu en justice.

Le retour au travail n'aura pas duré longtemps, puisque la RTS révèle que les électriciens ont quitté les lieux il y a une dizaine de jours. Une décision qui ralentit le chantier. Contacté, l'avocat de la société a précisé qu'il ne s'agissait pas d'un départ définitif, mais d'une suspension d'activité due au fait que le paiement d'une partie des factures n'était plus effectué.

Les conséquences sur le chantier sont estimées à 18 mois de retard et à un surcoût de 10 millions francs.

Ton opinion