Grève à l'aéroport de Genève: L'entreprise prend des mesures pour le week-end
Actualisé

Grève à l'aéroport de GenèveL'entreprise prend des mesures pour le week-end

L'intervention jeudi du conseiller d'Etat genevois François Longchamp pour résoudre le conflit social chez Swissport à Genève a été vaine. Les grévistes ont rejeté durant la nuit les propositions faites par la direction de l'entreprise. La grève continue.

Chez Swissport, on tente de minimiser les conséquences du mouvement de grogne des bagagistes. L'entreprise a fait appel à des personnes de Bâle et de Zurich pour assurer le travail durant le week-end, a indiqué vendredi le porte-parole de Swissport, Stephan Beerli. Actuellement, le dialogue avec le syndicat SSP est rompu.

Positions incompatibles

«Nous avons fait quelques efforts avec une enveloppe financière qui a presque triplé, mais le SSP n'a montré aucune bonne volonté pour trouver un arrangement», a précisé M.Beerli devant la presse. Le conflit est dans l'impasse, a pour sa part regretté le directeur de Swissport Genève Michel Glorieux.

«La direction de Swissport a lâché quelques miettes» jeudi soir, mais ces concessions ont été considérées comme insuffisantes par les grévistes, a rappelé le co-président du Syndicat des services publics (SSP) de Genève, David Andenmatten. Ce dernier exige maintenant l'ouverture de véritables négociations.

Les employés en grève touchent pour certains 3500 francs par mois. Des salaires qualifiés de «très très bas» par le syndicaliste Yves Mugny, du SSP. La direction de Swissport a proposé une hausse de salaire de 140 francs mensuelle. Trop peu pour les grévistes. «Nous sommes loin des 250 francs qu'ils réclament», a noté M.Mugny.

Punir l'absentéisme

Les grévistes s'insurgent également contre la décision de Swissport de réduire à 80% le salaire d'un employé tombé malade pendant les trois premiers jours de maladie. Cette mesure a été compensée par une augmentation de la participation de l'entreprise à la prime d'assurance maladie de 170 à 200 francs, a souligné M.Glorieux.

De son côté, le conseiller d'Etat François Longchamp n'a pas perdu espoir d'arriver à un compromis. Le magistrat, qui est aussi président du conseil d'administration de l'aéroport international de Genève (AIG), a précisé vendredi qu'il ferait le point de la situation la semaine prochaine avec les partenaires sociaux.

Le week-end s'annonce chargé à l'AIG, avec la fin des vacances et les retours des skieurs. Pour Swissport, la situation sera toutefois gérable grâce au personnel venu en renfort. La direction de l'entreprise affirme pouvoir encore tenir un bout de temps et n'a pour l'instant fixé aucun ultimatum aux grévistes.

Nouvelle manifestation

Pour le syndicaliste David Andenmatten, les employés luttent pour leur «dignité». Samedi, ils se rendront en cortège à l'aéroport pour exprimer leur dépit et leur colère. Les travailleurs seront appuyés dans leur action par un comité de soutien composé de divers partis politiques et de syndicats. (ats)

Ton opinion