Euro 2016: L'épatante métamorphose de la sélection galloise
Actualisé

Euro 2016L'épatante métamorphose de la sélection galloise

Le Pays de Galles s'est qualifié pour les 8es de finale de l'Euro 2016. La troupe de Coleman a battu la Russie.

par
Robin Carrel
Nice
1 / 106
L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)

L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)

Reuters/Rafael Marchante
Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)

Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)

Keystone/EPA/ANTONIO COTRIM
Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers célèbrent la victoire avec leurs supporters, à Alameda D. Afonso Henriques. (Lundi 11 juillet 2016)

Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers célèbrent la victoire avec leurs supporters, à Alameda D. Afonso Henriques. (Lundi 11 juillet 2016)

Keystone/EPA/ANTONIO COTRIM

Nous sommes le 19 juin 1958, le Pays de Galles affronte le Brésil en quart de finale de la Coupe du monde. Les Gallois sont vaillants, mais finissent par s'incliner 1-0 contre les futurs champions du monde. But d'un certain Pelé à la 66e. Depuis? Plus rien. Les Gallois, qui font pourtant partie du Board - instance qui régit les lois du jeu - en tant que fédération pionnière du jeu de ballon, n'avaient plus disputé de grand tournoi depuis 58 ans. A voir ce qu'ils ont démontré lundi soir contre les Russes et même ce qu'ils ont présenté depuis le début du tournoi, cela frise l'hérésie.

Il faut dire qu'avec l'apparition d'un joueur majeur - Gareth Bale -, tout le football du pays a repris des couleurs. Plusieurs éléments qui rechignaient à venir sous les drapeaux ne manquent plus un rassemblement et certains Anglais se sont même trouvés des parents (Chester, G. et J. Williams, Edwards) ou des grand-parents gallois (Vokes, King, Robson-Kanu, Church) pour pouvoir rejoindre le clan des «Dragons». Au final, cela donne une sélection qui a un milieu de terrain Allen-Ledley-Ramsey de haut niveau et qui peut régater à l'international.

Après plus d'un siècle de vaches maigres, les hommes de Chris Coleman ont passé sans encombre le cap du 1er tour. Ils rencontreront en 8es une formation à choisir parmi les meilleurs 3es de groupe, qui pourrait bien être la République tchèque ou l'Irlande du Nord.

Les Russes, eux, prennent la porte en plein visage après un nul et deux défaites. Inquiétant, à 2 ans de «leur» Coupe du monde. Leur élimination a soulagé pas mal de monde.

Tranquille

Il n'a fallu que 11 minutes aux Gallois pour prendre l'avantage. Lancé à l'extrême limite du hors-jeu, Ramsey a astucieusement piqué son ballon au-dessus d'Akinfeev. Rebelote sur leur 2e action de la 20e. Taylor a reçu le cuir presque par hasard et trompé le portier russe en deux temps. Dzyuba (27e) a ensuite échoué sur Hennessey. La seule vraie occasion russe de cette partie. Bale a réussi deux jolis solos aux 40e et 47e, sans succès. Le joueur du Real Madrid a ensuite buté sur Akinfeev (55e) et fini par trouver la faille à la 67e. Son coach s'est même permis le luxe de le sortir avant la fin.

Ton opinion