Actualisé 14.10.2015 à 15:38

Santé

L'EPFL va aider à former des médecins

Le projet vise à augmenter les capacités de formation de médecins. L'EPFZ ainsi que d'autres centres universitaires préparent également des facultés.

de
Pascal Schmuck, Zurich
L'EPFL, l'UNIL et l'UNIGE veulent augmenter le nombre de médecins en formation.

L'EPFL, l'UNIL et l'UNIGE veulent augmenter le nombre de médecins en formation.

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) collabore avec les universités de Lausanne et de Genève pour mettre sur pied un bachelor de pré-médecine. La directrice de la communication et porte-parole Madeleine von Holzen a confirmé à l'agence News Express que le projet était bien en cours. Elle s'est toutefois refusée à donner plus de détails dans l'immédiat.

A Lausanne, le recteur de l'université Dominique Arlettaz a précisé que le projet a vu le jour il y a deux mois. Il devrait prendre la forme d'une passerelle d'une année qui permettra à une quarantaine d'étudiants d'acquérir les connaissances indispensables pour rejoindre un master en médecine à Lausanne ou à Genève.

Prévue dès 2017

Ce projet s'inscrira dans la volonté des cinq facultés de médecine du pays d'augmenter leur nombre de places de 220 unités. L'Université de Lausanne augmentera ses capacités de formation de 60 places et celle de Genève de 20 places. «En 2019, nous aurons 220 places de master en médecine contre 110 en 2009», a indiqué le recteur à News Express.

Dominique Arlettaz a précisé que cette passerelle serait ouverte à des étudiants de toute provenance mais il s'attend à ce que ceux en provenance de l'EPFL en représentent la moitié. «Il s'agit de lutter contre la pénurie de médecins et de diversifier la provenance de nos médecins. En effet, pas tous n'ont besoin des mêmes qualifications.»

Il existe déjà une passerelle expérimentale entre les pôles universitaires lémaniques mais le projet en cours doit déboucher sur une refondation assez profonde. «Nous n'en sommes qu'au début de la construction, impossible de dire donc à quoi cela va ressembler», a souligné le recteur. La mise en place est prévue pour 2017, a-t-il ajouté.

Vers un fonds de 100 millions de francs

Ce développement s'inscrit dans la volonté affichée de la Confédération de lutter contre la pénurie de médecins en Suisse. Le Conseil fédéral, qui a dévoilé en juin son projet de programme spécial d'encouragement de la formation, de la recherche et de l'innovation 2017-2020, investira à cette occasion 100 millions de francs.

«Cela semble beaucoup mais sur quatre ans et réparti entre plusieurs facultés, le montant devient tout de suite nettement moins important. Et ce n'est qu'une promesse pour le moment», a tempéré Dominique Arlettaz. Ce dernier est déjà en discussions avec les autres recteurs de Suisse mais insiste pour dire que ces fonds ne sont pas à la base du projet mais bel et bien la volonté d'augmenter le nombre de places de formations en médecine.

A l'EPFZ aussi

Un message également perçu à l'École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) qui a déjà annoncé qu'elle allait créer dès 2017 un bachelor en médecine, en tout cas une formation proche de celle de l'EPFL.

Le futur programme de la Confédération arrive à point nommé pour plusieurs cantons. Mardi, le Conseil d'Etat fribourgeois a approuvé la création d'un master en médecine pour son université. L'accent sera mis sur la médecine de famille, un secteur qui peine à recruter en Suisse, a rappelé la rectrice de l'université Astrid Epiney à la Neue Zürcher Zeitung dans son édition du 14 octobre.

Dès 2019, la faculté devrait former une quarantaine d'étudiants par année. Fribourg dispose déjà d'une filière en médecine, mais de niveau bachelor uniquement, avec une centaine de places.

Foisonnement de facultés

Les fronts bougent également dans d'autres cantons universitaires puisque Saint-Gall et Lucerne travaillent sur des projets concrets de formation de médecins, ainsi que le Tessin. L'Università della Svizzera italiana à Lugano offrira dès 2019 un cursus comparable à celui de Fribourg.

Si cet élan devait se confirmer, la Suisse compterait une dizaine de facultés de médecine, soit nettement plus que l'Autriche, son voisin à la taille comparable.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!