Actualisé 13.03.2013 à 15:28

InternetL'EPFZ décortique la mort d'un réseau social

Même avec des centaines de millions de membres, un réseau social sur Internet n'est pas à l'abri de la disparition.

Un risque existe pour la survie des réseaux sociaux si les efforts d'utilisation dépassent son utilité. S'enclenche alors une cascade de défections. Ce sont les conclusions d'une étude menée à l'EPF de Zurich.

L'équipe du Pr Frank Schweitzer s'est penchée sur le cas de Friendster. Le réseau a compté jusqu'à 100 millions de membres mais a fermé en 2011 à la suite d'un exode massif après l'introduction d'un nouveau format moins facile à utiliser. Les chercheurs ont publié leurs résultats sur la plate-forme en ligne arXiv.org, indique la haute école mercredi.

Deux facteurs déterminent la résistance d'un réseau, selon les chercheurs qui ont comparé le modèle de Friendster avec les réseaux actifs Facebook, Orkut, Livejournal et Myspace. D'une part, la proportion entre utilité du réseau et les efforts nécessaires pour l'utiliser. D'autre part l'interconnexion des utilisateurs.

La cascade de défections est une menace pour chaque réseau, estiment les scientifiques zurichois. La résistance d'un réseau se mesure à sa capacité à endiguer la cascade. Pour cela les utilisateurs doivent être fortement interconnectés.

Dans le cas contraire, donc lorsqu'un utilisateur n'a que très peu de contacts, ses efforts prennent le dessus sur les bénéfices que lui apporte le réseau. Il est alors pratiquement impossible de stopper les départs.

Mais une forte interconnexion n'est pas nécessaire à chaque réseau, explique un des co-auteurs de l'étude Pavlin Mavrodiev sur la plate-forme en ligne de l'EPFZ «ETH Life». Les utilisateurs de Youtube par exemple ne le sont guère, mais là, le rapport efforts/utilité est très bon. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!