Affaire Polanski: L'épouse et les enfants de Polanski sont déjà à Gstaad
Actualisé

Affaire PolanskiL'épouse et les enfants de Polanski sont déjà à Gstaad

L'épouse, Emmanuelle Seigner, et les deux enfants de Roman Polanski attendent leur père à Gstaad dans le chalet que possède le cinéaste. Le réalisateur âgé de 76 ans est attendu dans la station de l'Oberland bernois d'une minute à l'autre.

Selon une information de la TSR, Emmanuelle Seigner est arrivée en TGV à Lausanne hier soir, jeudi, puis aurait rejoint Gstaad.

Roman Polanski a quitté jeudi la prison de Winterthour où il était détenu depuis plus de deux mois pour un autre endroit tenu secret.

Il pourra passer le reste de sa détention dans son chalet de Gstaad durant toute la durée de la procédure lancée par les Etats-Unis pour obtenir son extradition.

En application de l'arrêt rendu la semaine passée par le Tribunal pénal fédéral, le cinéaste a dû verser une caution de 4,5 millions de francs, déposer son passeport auprès des autorités et porter un bracelet électronique pour pouvoir résider dans son chalet de Gstaad en attendant l'issue de la procédure.

Les préparatifs s'accélèrent dans la station huppée et enneigée de Gstaad pour l'arrivée du cinéaste Roman Polanski.

L'arrivée du réalisateur franco-polonais âgé de 76 ans est toujours prévue «pas avant 13H00» (12H00 GMT), a dit à l'AFP un porte-parole du ministère de la Justice, Folco Galli.

En attendant, plusieurs policiers accompagnés d'une équipe canine de police sont arrivés et s'affairent autour du chalet de Roman Polanski, selon un journaliste de l'AFP.

Le petit chemin goudronné et glacé qui mène au chalet de Roman Polanski est désormais bloqué à la circulation. La cinquantaine de journalistes et cameramen, à l'affût d'images et de commentaires éventuels du réalisateur du «Pianiste», arrêté le 26 septembre à Zurich où il devait recevoir une distinction au festival du film de la ville, et qui patientaient autour du chalet, ont été déplacés de quelques mètres par les forces de police pour laisser un passage au convoi.

Quasiment tous les volets du chalet sont désormais ouverts. Des rideaux blancs encadrent les fenêtres du chalet qui est décoré de guirlandes de Noël électriques.

Par ailleurs, l'un de ses avocats français, Me Georges Kiejman a indiqué à l'AFP qu'il se rendrait dans les prochains jours auprès de son client.

La petite station de ski, habituée à la discrétion et à la tranquillité, devrait ainsi connaître ces prochains jours une poussée de fièvre. (20 minutes/ap/afp)

Ton opinion