Foot-Mondial 2018: L'équipe de Suisse, l'échappatoire de Djourou
Actualisé

Foot-Mondial 2018L'équipe de Suisse, l'échappatoire de Djourou

Sans club et dans l'expectative quant à son avenir, le défenseur genevois fait du match contre les Féroé son principal objectif dans l'immédiat.

1 / 66
Bâle, Suisse
Bâle, Suisse

Ricardo Rodriguez et Granit Xhaka se congratulent au coup de sifflet final après la qualification de la Suisse pour le Mondial (Dimanche 12 novembre 2017).

Keystone
Bâle, Suisse
Bâle, Suisse

Dans le temps additionnel, Ricardo Rodriguez a sauvé toute une nation en dégageant un ballon de but nord-irlandais sur la ligne (Dimanche 12 novembre 2017).

Keystone
Bâle, Suisse
Bâle, Suisse

Victorieuse 1-0 en Irlande du Nord, la Suisse a conservé son avantage avec un match nul 0-0 à Bâle (Dimanche 12 novembre 2017).

Keystone

Se concentrer sur cet ultime rendez-vous de la saison, vendredi aux Iles Féroé en éliminatoire du Mondial 2018, puis penser à son avenir. Voilà le plan de marche de Johan Djourou, patron de la défense de l'équipe de Suisse à la recherche d'un nouveau club.

«Le plus important pour moi, c'est ce match de vendredi, c'est l'échéance à court terme. J'aurais le temps, cet été, de m'asseoir à une table pour réfléchir à mon avenir», explique le Genevois de 30 ans, qui quittera Hambourg après un exercice pourri, marqué par son éviction de l'équipe début mai, officiellement pour avoir critiqué ses dirigeants. Son incompatibilité avec le coach Markus Gisdol n'y a bien sûr pas été étrangère non plus...

Face aux Féringiens, le défi de la Suisse se situera normalement plus en attaque qu'en défense. Plier la rencontre, marquer, maîtriser son sujet. Des objectifs qui, traditionnellement, posent des problèmes à l'équipe nationale, particulièrement cette saison avec des victoires poussives en Andorre (2-1) puis contre les Féroé (2-0) et la Lettonie (1-0).

«Faire les choses simplement»

«Nous devons faire les choses simplement, affirme Djourou. Nous devrons nous simplifier la vie en optant pour le geste juste, sans nous compliquer la tâche par exemple avec un dernier dribble de trop. Nous sommes favoris, nous le savons, à nous d'endosser ce statut dès les premières minutes. Ce genre de rencontres se jouent à 90% dans la tête.»

Mais aussi un peu, quand même, avec les jambes... Ces jambes à qui il manque passablement de temps de jeu. Djourou fait partie de ces internationaux à cours de rythme, sans pour autant trop s'en soucier. «Sur un match, je pense que cela ne posera pas trop de problèmes. Nous n'avons qu'une chose à faire, tout donner. Mon discours aurait peut-être été différent si nous étions juste avant le début d'un tournoi.»

Avec Klose ou Behrami

Le Genevois, dont le dos, qui l'avait contraint à sortir en amical contre la Biélorussie jeudi passé, «va mieux», fera la paire dans l'axe de la défense avec un partenaire forcément peu habituel. Fabian Schär est suspendu, celui qui devait le remplacer à Torshavn, Nico Elvedi, est blessé. Restent donc Timm Klose, le néophyte Manuel Akanji voire encore Valon Behrami, si le sélectionneur Vladimir Petkovic décide de reculer le Tessinois sur le terrain.

«Ce n'est pas très important de savoir qui joue, tempère Djourou. Comme nous l'avons vu dans cette campagne, nous prenons peu de buts, or nous avons joué avec différentes défenses. La clef est la communication. Nous avons tous nos expériences propres en club et nous avons assez de qualités pour prendre nos responsabilités.» (nxp/ats)

Suisse-Hongrie à Bâle

L'équipe de Suisse disputera son dernier match à domicile des qualifications pour la Coupe du monde 2018 en Russie le samedi 7 octobre 2017 à Bâle contre la Hongrie. Le coup d'envoi au Parc St-Jaques sera donné à 20.45.

Trois jours plus tard, la sélection helvétique bouclera sa phase de qualification au Portugal dans un lieu à désigner. Bâle avait déjà été le théâtre de la première partie de qualification en septembre dernier avec un précieux 2-0 contre le Portugal.

Vol sans le moindre problème jusqu'aux Féroé

Un voyage parfait a conduit l'équipe de Suisse de Belp à Vagar, l'aéroport des Îles Féroé. Même le réputé difficile atterrissage s'est déroulé sans la moindre anicroche. Trois heures de vol, arrivée sur l'archipel à 18h45 (17h45 heure locale), transfert d'un peu moins d'une heure vers la capitale Torshavn, le lieu du match de vendredi: bref, tout s'est déroulé selon les plans. La Suisse s'entraînera jeudi après-midi au stade Torsvollur. La rencontre aura lieu à 20h45 vendredi soir (19h45 aux Féroé).

(NewsXpress)

Ton opinion