Hockey sur glace: L'équipe de Suisse porte déjà la «patte» Hanlon
Actualisé

Hockey sur glaceL'équipe de Suisse porte déjà la «patte» Hanlon

En dix mois, le nouveau sélectionneur a testé beaucoup de joueurs. Mais il a aussi mis en place un autre système, que tous ont assimilé.

par
J.-Ph. Pressl-Wenger
Ancien gardien de NHL, Glen Hanlon porte logiquement un regard particulier sur ses portiers.

Ancien gardien de NHL, Glen Hanlon porte logiquement un regard particulier sur ses portiers.

Chaque coach possède sa propre philosophie de jeu. Logiquement, Glen Hanlon aussi. Reste ensuite au technicien à verbaliser ses concepts et à convaincre son effectif de les appliquer. Cette prouesse nécessite de solides capacités de communication et le sélectionneur de l'équipe de Suisse en est assurément pourvu. «Il parle beaucoup avec nous, notamment durant les séances vidéo, confirme l'attaquant Reto Suri. Il se concentre sur les détails et il a raison. Car c'est souvent sur ces petites choses que se jouent les matches.»

Concernant le système de jeu mis en place, le 1-3-1 de Sean Simpson a laissé la place à un 2-1-2 plus classique. «Ce n'est pas plus défensif qu'avant, enchaîne Reto Suri. On nous demande de jouer simple, de mettre le puck au fond et de profiter de notre vitesse pour nous créer des occasions.» Autre nouveauté, les Suisses viennent «chercher» leurs adversaires plus tôt sur la glace.

Gaëtan Haas, auteur de son premier but sous le chandail national mercredi à Genève, ­relève pour sa part le bon travail effectué à 5 contre 5. «Les Russes ne se sont pas créé beaucoup de chances de but à égalité numérique, étaie le centre du HC Bienne. Par contre, en supériorité numérique, ils sont tellement forts techniquement qu'ils arrivent toujours à trouver une solution pour créer le danger.»

Pour qu'un groupe soit ­performant, l'application des préceptes de l'entraîneur ne suffit pas toujours. Il faut ­également que l'ambiance au sein du ­collectif soit ­maîtrisée, qu'elle permette à chacun de pouvoir tirer à la même corde sans arrière-­pensées. Elle semble même être au beau fixe ­aujourd'hui.

Un deuxième test contre la Russie

La vénérable patinoire des Mélèzes de La Chaux-de-Fonds accueille ce soir (20h) la revanche de la rencontre disputée aux Vernets mercredi entre la Suisse et la Russie (3-4 ap). Les trois joueurs surnuméraires à Genève devraient avoir leur chance dans les Montagnes neuchâteloises. Il s'agit des attaquants Etienne Froidevaux (Lausanne), Christoph Bertschy (Berne) et Fabrice Herzog (Zoug). Devant le filet helvétique, Benjamin Conz (Fribourg-Gottéron) devrait relayer Daniel Manzato (Lugano).

Ton opinion