Réfugiée dans une forêt bernoise: L'ermite allemande quitte la Suisse avec sa soeur
Actualisé

Réfugiée dans une forêt bernoiseL'ermite allemande quitte la Suisse avec sa soeur

L'histoire de cette femme allemande qui a vécu recluse durant une année dans une forêt de Bolligen, près de Berne, se termine sur un happy end.

Cette quinquagénaire qui était portée disparue depuis 12 ans a quitté la Suisse mercredi pour retrouver sa famille.

C'est devant une trentaine de journalistes de médias suisses et étrangers que cette ermite a quitté Bolligen dans la voiture de sa soeur cadette venue la chercher pour l'emmener en Allemagne. «Pour nous, l'histoire est finie», a déclaré le maire de cette commune bernoise Rudolf Burger.

Avant ce départ, les autorités communales avaient organisé une rencontre à l'abri des regards entre les deux soeurs. Un contact qui s'est bien déroulé selon le maire qui a entendu cette ermite de 52 ans dire qu'elle se réjouissait tant. Pour Rudolf Burger, l'histoire se termine ainsi sur un happy end.

Abri de fortune

Cette femme aura ainsi vécu à l'insu de tous pendant un an dans un abri de fortune composé notamment de sacs poubelle aménagé dans une forêt. Interrogée par les autorités sur la façon dont elle se nourrissait, elle a déclaré «avec l'aide de Dieu». Mais elle a dit avoir mangé des biscuits sans toutefois expliquer comment elle avait pu se les procurer.

Portée disparue depuis 1997, cette femme originaire d'un Land de l'ex-Allemagne de l'Est n'a pas donné les raisons qui l'ont conduit à ne plus donner de nouvelles à ses proches durant tant d'années. Le maire a seulement confirmé des informations parues dans la presse selon lesquelles son père est ingénieur forestier.

Selon la police cantonale bernoise, cette femme mystérieuse a voyagé en France, en Allemagne et en Italie. Depuis qu'elle a été retrouvée par les autorités, elle a été priée de quitter la forêt, propriété de la bourgeoisie de Berne. Mais jusqu'à son départ pour son pays mercredi, elle a décliné l'offre des autorités qui lui proposaient un autre hébergement préférant vivre dans les bois. (ats)

Ton opinion