Services secrets arnaqués: L'escroc faisait croire à la CIA qu'il pouvait prédire les attentats
Actualisé

Services secrets arnaquésL'escroc faisait croire à la CIA qu'il pouvait prédire les attentats

Un informaticien américain a longtemps fait croire à la CIA et d'autres administrations américaines que la chaîne Al-Jazeera communiquait par messages cryptés avec des agents d'Al-Qaïda pour leur fournir des cibles d'attentats.

A partir de 2003, Dennis Montgomery, dirigeant d'une petite société d'informatique du Nevada (ouest), est parvenu à convaincre le gouvernement américain que les signaux transmis par la télévision satellitaire du Qatar contenaient des codes-barres indiquant leurs futures missions aux terroristes, la longitude et latitude de leurs cibles et parfois des dates et numéros de vol, affirme l'article paru dans la dernière édition du magazine Playboy.

L'informaticien, qui assurait être le seul à détenir la technologie capable de décrypter ces messages, a ainsi poussé fin 2003 les autorités américaines à déclencher une alerte anti-terroriste, provoquant l'annulation de plusieurs vols transatlantiques, dont deux d'Air France, assure l'auteur de l'article, qui cite des responsables de la CIA.

Sceptiques à l'égard des trouvailles du scientifique autoproclamé, certains membres de la CIA ont finalement découvert le pot-aux-roses en 2004, avec l'aide des services de renseignement français, écrit le journaliste.

Pourtant, malgré l'arrêt de sa collaboration avec la CIA, M. Montgomery a réussi à convaincre d'autres administrations de l'efficacité de sa technologie. En janvier 2009, il a signé un contrat de recherche d'une valeur de 3 millions de dollars avec l'armée de l'Air, avant de se déclarer en faillite personnelle quelques mois plus tard. Selon l'article de Playboy, l'homme fait l'objet de diverses poursuites judiciaires, notamment pour avoir fait des chèques en bois pour une valeur d'un million de dollars au Caesar's Palace, un casino de Las Vegas. (afp)

Ton opinion