Genève: L'espace de quartier de la Vieille-Ville a un visage
Actualisé

GenèveL'espace de quartier de la Vieille-Ville a un visage

Des architectes espagnols ont remporté le concours visant à transformer l'ancien manège. Y cohabiteront crèche, maison de quartier, ludothèque et restaurant scolaire.

par
Jérôme Faas
Le bâtiment, situé rue René-Louis Piachaud en Vieille-Ville, est utilisé comme garage depuis 1969.

Le bâtiment, situé rue René-Louis Piachaud en Vieille-Ville, est utilisé comme garage depuis 1969.

Depuis 1969, des voitures s'empilent dans ce bâtiment classé au patrimoine. Dès la fin 2017, espère le conseiller administratif Rémy Pagani, ce seront des enfants et les habitants du quartier de la Vieille-Ville qui le rempliront. Le projet de réaffectation de l'ancien manège, situé à la rue René-Louis Piachaud, avance dorénavant rapidement, après des années de piétinement. Ce printemps, le Conseil municipal votait l'acquisition du bâtiment, devisé à 6,4 millions. Ce lundi, les autorités municipales ont présenté les lauréats espagnols du concours d'architecture.

Trente places de crèche

Le bâtiment proposera trente places d'accueil pour la petite enfance (quinze places à mi-temps et quinze places de dépannage ou d'urgence), une ludothèque, une maison de quartier, un restaurant scolaire de 80 places et une salle polyvalente. Tous ces usagers aux besoins distincts se partageront les équipements communs, que la commune tenait à mutualiser. «Ce projet fait la part belle aux enfants, s'est réjouie la conseillère administrative Esther Alder. Il va instiller une nouvelle dynamique dans ce quartier un peu désert et mort, du moins pour les familles.»

Salles suspendues

Le projet des architectes de Saint-Jacques-de-Compostelle est ingénieux. Jouant sur la hauteur de plafond, qui atteindra sept mètres au 1er étage, ils proposent de suspendre des petites salles dans les cimes du grand espace polyvalent, et de les y faire descendre selon les besoins. L'étage pourra donc être soit spacieux, soit morcelé, selon les moments.

Coût des travaux inconnus

La simplicité du projet et le respect de l'architecture originelle, susceptibles de limiter le prix des travaux, a également séduit le jury. Trop souvent, observe Rémy Pagani, «il est proposé de mettre un nouveau bâtiment dans l'ancien, et ça, ça coûte. Là, la structure et les combles ne sont pas touchés.» L'élu d'Ensemble à Gauche se refuse toutefois vigoureusement à évaluer le coût de réalisation du projet: il juge l'opération politiquement trop périlleuse, alors que le Conseil municipal sera appelé à se prononcer sur cet objet d'ici un an et demi.

Un parking de l'Etat

Les fonctionnaires du canton garent actuellement leurs voitures dans l'ancien manège. Celui-ci compte quelque 90 places, qui disparaîtront si l'espace de quartier voit le jour. "Mais aujourd'hui, moins d'une trentaine sont utilisées, explique Rémy Pagani. L'Etat mène depuis plusieurs années une politique de restriction de ses places de parking, pour limiter l'invasion des voitures au centre-ville. Pour ce faire, le prix des emplacements à l'ancien manège a été quadruplé."

Ton opinion