Mondial-20 ans: L'Espagne insatisfaite malgré la victoire
Actualisé

Mondial-20 ansL'Espagne insatisfaite malgré la victoire

L'Espagne a remporté son premier match dans le Mondial des moins de 20 ans, dimanche contre le Costa Rica (4-1), mais a souffert.

Une victoire avec trois buts d'écart ne suffit plus. Une sélection espagnole n'est plus seulement jugée par son résultat, mais aussi à l'aune de son jeu, forcément comparé à celui qui a emmené Iker Casillas et ses coéquipiers aux titres de champion d'Europe et du monde.

Un jeu qui triomphe également chez les jeunes, puisqu'ils viennent de remporter coup sur coup les Championnats d'Europe des Espoirs fin juin et des moins de 19 ans ce lundi. Les moins de 20 ans présents en Colombie ont donc la pression.

«Nous devons jouer comme nous savons le faire»

«L'Espagne est à la mode dans n'importe quelle compétition, confie à l'AFP le milieu Sergi Roberto. Maintenant qu'on a gagné 4-1 le premier match, les gens nous mettent dans la peau des favoris. Nous ne devons pas penser à cela, mais jouer comme nous savons le faire».

«Il y a beaucoup de choses à améliorer, nous n'avons pas fait le match auquel nous sommes habitués, relève le rejeton de la Masia, le centre de formation du FC Barcelone. C'était le premier match, et il y avait de la nervosité».

«Nous avons été efficaces en face du but, mais nous n'avons pas produit le jeu que nous recherchons, abonde le gardien remplaçant Fernando Pacheco. Nous avons raté beaucoup de passes».

L'Espagne a dominé mais sans fluidité

La «Rojita» a dominé, excepté un quart d'heure de la seconde période durant lequel le Costa Rica est revenu à 2-1 et a trouvé la barre transversale. Mais elle a manqué de fluidité et de vitesse dans la circulation du ballon. Pas d'étincelle individuelle non plus pour transpercer le rideau défensif «tico», hormis quelques actions du talentueux milieu gauche Isco.

Un résultat trompeur

«Le résultat 4-1 est trompeur, avait ainsi relevé le sélectionneur Julen Lopetegui après la rencontre. C'a été un match très équilibré». Bref, pas vraiment fidèle au jeu espagnol fondé sur une domination sans partage.

Du coup, la sensation qui régnait lundi à l'hôtel logeant l'équipe d'Espagne, à Manizales (ouest de la Colombie), était celle d'un soulagement d'avoir surmonté l'obstacle de l'entrée en lice. Ils bénéficient aussi du nul des autres formations du groupe C, l'Australie et l'Equateur (1-1).

Autres baumes au coeur, le rétablissement espéré du milieu Sergio Canales, forfait dimanche dernier, et l'acclimatation à l'altitude (2.160 mètres). Il le faut bien: mercredi, ils affrontent les Equatoriens, rompus à ce type de conditions géographiques. (afp)

Ton opinion