17.03.2020 à 12:35

Genève

L'Etat à l'aide pour livrer les repas des restaurants

En collaboration avec une plateforme de livraison et la faîtière des restaurateurs, le Canton veut aider ces derniers à maintenir leur activité.

de
David Ramseyer
Image d'illustration

Image d'illustration

Si les restaurants et les bars sont fermés jusqu'au 19 avril au moins pour enrayer la pandémie de coronavirus, les cuisines restent ouvertes. Pour autant que les mesures de précaution soient respectées, les livraisons de repas à domicile sont en effet autorisées. Face à «un effondrement de leur chiffre d'affaires ainsi qu'à un important manque de trésorerie», les restaurateurs vont bénéficier d'un coup de main du Département du développement économique (DDE). Ce dernier les aidera à acheminer les repas chez les clients qui ont passé commande, via l'entreprise genevoise Smood, acteur majeur de la livraison à domicile en Suisse romande.

L'Etat a attribué 100'000 francs à la Société des cafetiers restaurateurs. De quoi permettre à ses membres de financer la réalisation des photos ainsi que l'implantation des menus et des contacts des établissements, sur le site de la plateforme. «Pour aller plus vite, nous avons choisi d'utiliser un système déjà existant, plutôt que d'en créer un nous-même, explique le conseiller d'Etat Pierre Maudet, chargé du DDE. Afin d'aider les restaurateurs à redémarrer une fois la crise du coronavirus passée, il faut préserver leur outil de travail et leurs emplois, en accélérant notamment la numérisation de leurs modèles d'affaires».

D'autres plateformes, dans le domaine du commerce de détail notamment, pourraient être utilisées sur le même modèle. La mesure et l'aide financière de l'Etat ne sont pas appelées à durer après la crise du coronavirus.

«L'enregistrement des restaurants sera rapide et gratuit, promet le directeur général de Smood, Marc Aeschlimann. Nous allons aussi limiter les frais de livraison.» Le responsable de l'entreprise assure aussi que pour respecter les distances de sécurité imposée par la lutte contre la pandémie, les livraison se feront «sans contact». La nourriture sera déposée devant la porte. «Notre personnel formé est équipé de masques, de gants et nos véhicules disposent tous de désinfectants pour les mains», assure le patron genevois. «Dans cette période difficile, il est temps d'unir nos forces», plaide Laurent Terlinchamp, président de la Société des cafetiers et restaurateurs.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!