Climat: L'Etat néerlandais doit réduire ses gaz CO2
Actualisé

ClimatL'Etat néerlandais doit réduire ses gaz CO2

La justice des Pays-Bas oblige l'Etat à réduire d'un quart ses émissions de gaz à effet de serre.

Les Pays-Bas sont particulièrement vulnérables aux conséquences du réchauffement climatique, près d'un tiers du pays se trouvant en dessous du niveau de la mer.

Les Pays-Bas sont particulièrement vulnérables aux conséquences du réchauffement climatique, près d'un tiers du pays se trouvant en dessous du niveau de la mer.

La Cour suprême des Pays-Bas entérine deux décisions antérieures concernant la pollution. Décisions que le gouvernement avait contestées.

L'Etat néerlandais n'a donc pas d'autre choix que de réduire ses émissions de gaz à effet de serre d'au moins 25% d'ici à 2020.

«Le consensus des scientifiques sur le climat et au sein de la communauté internationale selon lequel les pays développés devront réduire leurs émissions de 25 à 40% d'ici 2020 est d'une importance particulière», ont déclaré les juges sous les applaudissements des militants présents dans la salle d'audience.

«La Cour d'appel a décidé à juste titre que l'Etat néerlandais a une obligation définitive, en vertu de la Convention européenne des droits de l'Homme, d'atteindre un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'au moins 25% d'ici la fin de 2020 par rapport aux niveaux de 1990», ont-ils ajouté.

Action collective en justice

Quelque 900 Néerlandais avaient entamé en 2015 une action en justice contre leur gouvernement avec l'aide de l'ONG Urgenda, active dans la défense de l'environnement.

«L'histoire est écrite», a réagi Urgenda sur Twitter, décrivant la décision de la Cour suprême comme une «victoire pour la planète».

Quelque dizaines de militants pour le climat se sont réunis devant la Cour suprême en marge de la lecture du jugement, qui est la décision finale de la justice néerlandaise dans cette affaire.

L'ONG Greenpeace a qualifié cette décision d'«immense victoire pour la justice climatique». «Le gouvernement néerlandais doit agir maintenant, il n'y a pas de temps à perdre», a déclaré une militante de l'organisation aux Pays-Bas, Faiza Oulahsen, appelant à la fermeture des centrales électriques au charbon et à la réduction de l'élevage d'animaux.

«Les mesures devront désormais être drastiques et le gouvernement ne peut s'en prendre qu'à lui-même, car ce verdict n'a pas été pris au sérieux par le Premier ministre Mark Rutte depuis quatre ans», a-t-elle dénoncé dans un communiqué.

Les Pays-Bas sont particulièrement vulnérables aux conséquences du réchauffement climatique, près d'un tiers du pays se trouvant en dessous du niveau de la mer.

«Motiver la Suisse»

Pour la section suisse de Greenpeace, cette décision confirme le fait que la protection du climat est une obligation au regard des droits humains. Elle ne concerne donc pas que les Pays-Bas, mais doit «servir de réveil pour les autres pays qui font face à des procédures similaires» et «motiver la Suisse».

La Confédération «est loin de respecter les termes de l'Accord de Paris sur le climat», critique Greenpeace Suisse dans un communiqué, appelant le Parlement à «corriger cette situation». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion