Genève: L'Etat pense à la taxe au sac
Actualisé

GenèveL'Etat pense à la taxe au sac

Une récente analyse des déchets du canton montre des failles dans le tri et notamment dans le compost. Michèle Künzler pourrait donc emboiter le pas aux Vaudois.

par
rle

La taxe au sac pourrait faire son apparition à Genève dans un futur proche. C'est du moins ce que la conseillère d'Etat chargée de l'environnement a déclaré à la «Tribune de Genève».

«Nous avons fait des progrès spectaculaires au niveau du recyclage ces vingt dernières années, mais nous observons une stagnation depuis quatre à cinq ans», argue Michèle Künzler.

Le compost en cause

En cause: une analyse des déchets genevois publiée la semaine dernière. Elle montre que la moitié du contenu des poubelles est composé de déchets organiques, de verre et de papier. Des matières qui devraient être recyclées.

Les déchets de cuisine représentent à eux seuls plus d'un tiers du contenu, soit une augmentation de 10% en dix ans. Les habitants mangent en effet plus de légumes qu'avant mais peinent aussi à trier le compost.

Priorité à l'information

Michèle Künzler mise donc en priorité sur l'information au travers d'une campagne d'information. «Nous essayons d'inciter les propriétaires à installer des bennes vertes dans leurs immeubles et les communes à intensifier les collectes», explique-t-elle.

Mais, en cas d'échec, elle n'exclut pas de remédier à la taxe au sac, en vigueur dans de nombreux cantons romands et notamment dans plusieurs communes vaudoises. «La Confédération pourrait bien nous l'imposer», précise la magistrate écologiste.

Ton opinion