Genève: L'Etat peut mieux faire en matière d'aide aux réfugiés
Actualisé

GenèveL'Etat peut mieux faire en matière d'aide aux réfugiés

Selon la Cour des comptes, le Canton pourrait faire des économies s'il gérait mieux son parc immobilier et l'assurance-maladie des migrants.

par
dra/ats
Keystone/Salvatore di Nolfi

Près de 3 millions de francs pourraient être économisés chaque année par l'Hospice Général, s'il améliorait sa politique en matière de logement et de couverture assurance des réfugiés. C'est la conclusion d'un rapport de la Cour des Comptes publié ce vendredi. L'institution a passé au crible l'aide apportée aux migrants, à Genève.

Selon les juges de la Cour, l'Hospice général loue plus cher des logements pour y héberger des requérants d'asile, alors que s'il les installait dans des appartements qu'il possède déjà, il pourrait économiser environ 900'000 francs.

La gestion du parc immobilier de l'institution n'est pas simple, a cependant noté son directeur général Christophe Girod. Des personnes habitent des appartements qu'elles auraient dû quitter; mais elles y restent, car elles ne trouvent rien ailleurs. Le patron de l'Hospice a aussi précisé que des logements propriétés de l'institution sont déjà loués à des réfugiés. Il a également expliqué qu'il ne fallait pas concentrer les demandeurs d'asile dans un même endroit, afin de promouvoir une certaine mixité.

La Cour des comptes a estimé par ailleurs que la santé était aussi un domaine où l'Hospice général pouvait faire des économies. Celui-ci travaille avec un trop grand nombre de caisses maladie et ne choisit pas toujours les plus avantageuses, a relevé le juge François Paychère. Selon lui, une meilleure sélection permettrait des économies à hauteur de deux millions de francs. «Nous allons passer de 7 à 5 assurances-maladie», a promis Christophe Girod.

Ton opinion