Drame de la Love Parade: L'étau se resserre contre le maire
Actualisé

Drame de la Love ParadeL'étau se resserre contre le maire

Le maire de Duisbourg, Adolf Sauerland, a nié mardi avoir été mis en garde des risques pour la sécurité que présentait la Love Parade.

Interrogé par le quotidien «Rheinische Post», le maire a affirmé n'avoir «eu connaissance d'aucun avertissement» en amont de la Love Parade. Il appartient à la municipalité de vérifier si de telles manifestations peuvent avoir lieu ou non «et c'est exactement ce que nous avons fait consciencieusement dans ce cas», assure-t-il. Vingt personnes ont péri samedi dans une bousculade lors de ce festival de musique techno, qui a attiré jusqu'à 1,4 million de ravers.

M. Sauerland est resté pour l'heure sourd aux multiples appels à sa démission. Son site internet a été mis hors service et, selon le quotidien populaire «Bild», sa famille a été placée sous protection policière.

Autorisation au dernier moment

Le journal de Cologne «Kölner Stadt-Anzeiger» rapporte que les autorités n'ont signé l'autorisation officielle que quelques heures avant le début de l'événement, ce qui semble indiquer qu'elles ont envisagé jusqu'à la dernière minute d'annuler la fête.

L'ancien chef des pompiers de Duisbourg, Klaus Schäfer, a déclaré mardi à la chaîne de télévision privée n-tv avoir «urgemment déconseillé» la tenue de la parade au vu des failles de sécurité. «La police à Duisbourg a clairement fait part de ses doutes dans plusieurs ateliers de travail et discussions», a dit de son côté un fonctionnaire à la retraite, cité dans la «Süddeutsche Zeitung».

En particulier, le président de la police locale, désormais à la retraite, Rolf Cebin, s'était opposé à l'organisation de la Love Parade en raisons de ces doutes, ce qui lui avait valu des pressions politiques pour qu'il soit démis, ajoute le quotidien.

A la pression médiatique, s'ajoutait mardi celle des responsables politiques et le courroux de la population qui reprochent aux responsables d'avoir privilégié l'appât du gain au détriment de vies humaines.

Police mise en cause

Le propriétaire de la marque Love Parade, le fondateur de la chaîne de salles de sport «low cost» McFit Rainer Schaller, a rejeté la responsabilité de la tragédie sur la police. Il a affirmé à la presse que la police avait donné l'instruction d'ouvrir certains accès au tunnel alors que celui était déjà menacé d'engorgement.

L'afflux des ravers a été par la suite incontrôlable. Les participants, dont le nombre reste à éclaircir, se sont retrouvés piégés dans et aux abords du tunnel, unique voie pour accéder et sortir de la fête sur le site d'une ancienne gare de fret. Beaucoup ont tenté de fuir la bousculade par un escalier étroit, au pied duquel 17 des victimes ont été retrouvées.

Le syndicat de la police DPolG préconise que dans le cadre de futurs événements de grande ampleur, le feu vert soit donné par le ministère de l'Intérieur du Land et non plus par la municipalité.

Le parquet qui a saisi des documents liés à l'organisation de l'événement, dirige une enquête pour soupçon d'homicides par négligence.

Cérémonie funèbre avec Merkel

Par ailleurs, la chancelière Angela Merkel interrompra ses vacances pour assister samedi à Duisbourg à une cérémonie à la mémoire des 20 morts de la Love Parade, a annoncé mardi une porte- parole. Les détails de cette cérémonie, notamment l'heure, ne sont pas encore précisés. (ats)

Ton opinion