France: L'euro, «une arme» dans un contexte mondial
Actualisé

FranceL'euro, «une arme» dans un contexte mondial

Toute sortie de la monnaie unique se traduirait par un coût élevé pour les finances publiques françaises, selon la banque de France.

François Villeroy de Galhau a défendu l'existence de la monnaie unique.

François Villeroy de Galhau a défendu l'existence de la monnaie unique.

AFP

L'euro est «une arme dans la compétition internationale», a déclaré lundi François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France. Celui-ci a indiqué qu'une sortie de la monnaie unique se traduirait par un coût élevé pour les finances publiques françaises.

«Si nous étions tout seuls (...), nous serions désarmés face à la spéculation des marchés financiers (...) et face aux pressions américaines sur le dollar», a affirmé le banquier central, interrogé sur France Inter sur les conséquences d'une éventuelle sortie de l'euro, défendue notamment par la candidate du Front National à l'élection présidentielle, Marine Le Pen.

Sans l'euro, le financement de la dette publique française coûterait plus de 30 milliards d'euros (31,7 milliards de francs) d'intérêts supplémentaires par an, a également avancé M. Villeroy de Galhau, qui montait au créneau pour défendre l'existence de la monnaie unique, mise sur les rails par le Traité de Maastricht qui fête ses 25 ans.

Ce montant représente «l'équivalent du budget annuel de Défense de la France, ce budget que l'on veut renforcer. (...) Donc l'euro, c'est une forme de protection», a-t-il argué. Enfin, «les taux d'interêt, depuis que nous avons l'euro, ont baissé d'environ 1,5%», a-t-il défendu, rappelant leur importance dans la fixation des prêts immobiliers et pour les entreprises. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion