L'Europe est sur orbite
Actualisé

L'Europe est sur orbite

Le laboratoire européen Columbus a en effet été amarré avec succès à la Station Spatiale Internationale.

L'amarrage, retransmis en direct par l'Agence spatiale américaine, s'est déroulé lundi à 22h44. Dès ce mardi, les astronautes pourront entrer dans Columbus et commencer à tester les équipements.

«Le laboratoire européen fait officiellement partie de l'ISS», a déclaré l'astronaute français Léopold Eyharts, peu après l'amarrage, selon les communications retransmises en direct par la chaîne de télévision de la Nasa.

Etape majeure

Cet événement, attendu depuis longtemps représente une étape majeure pour l'Europe spatiale. Elle devient ainsi pleinement co- propriétaire du seul avant-poste orbital dont les expériences conduites en micro-gravité permettront de préparer les missions habitées vers Mars.

Columbus permettra de réaliser des centaines d'expériences dans les biotechnologies, la médecine, les matériaux et les fluides, augmentant considérablement les capacités de recherche de l'ISS.

Jusqu'à présent, seuls les Etats-Unis et la Russie disposaient de leur laboratoire. Le premier des trois éléments du laboratoire japonais Kibo, qui complétera le coeur de la structure de l'ISS, sera livré et amarré à l'ISS en mars.

Cylindre

Columbus est un module cylindrique de sept mètres de long sur 4,5 de diamètre. Sa masse à vide est de 10,3 tonnes et elle est de 19,3 tonnes à plein. Il peut héberger jusqu'à trois personnes et intégrer dix armoires d'expérimentations.

Sa construction. qui a coûté 1,3 milliard d'euros, avait été lancée en 1992, avec plusieurs années de retard. Columbus aurait dû être acheminé à l'ISS fin 2004. Mais l'accident de la navette Columbia en février 2003 a cloué au sol les trois autres orbiteurs pendant deux ans.

Retards

Son lancement, finalement prévu en décembre dernier, avait encore dû être retardé en raison d'un problème technique sur la navette Atlantis. Elle a finalement été lancée le 7 février, depuis la Floride, avec sept astronautes à son bord, dont le Français Léopold Eyharts et l'Allemand Hans Schlegel.

Le spationaute allemand, qui a eu un problème de santé samedi, n'a pu participer à la sortie orbitale, lundi, en compagnie de l'Américain Rex Walheim pour la mise en place du laboratoire sur l'ISS. Il a été remplacé par Stanley Love.

Bras robotique

Cette excursion spatiale a débutée à 15h35 et s'est achevée à 23h11. Les deux mécaniciens de l'espace ont notamment fixé sur le laboratoire un mécanisme qui a permis de le saisir, à l'aide du bras robotique de l'ISS piloté de l'intérieur par l'astronaute Leland Melvin.

Rex Walheim et Stanley Love avaient pris une heure de retard dans l'exécution de leurs tâches. Ils ont ainsi été obligés de refaire le plein d'oxygène dans la chambre de décompression de l'ISS. (ats)

Ton opinion