Arnaques aux sonneries pour portables: L'Europe fait fermer 54 sites internet pour escroquerie
Actualisé

Arnaques aux sonneries pour portablesL'Europe fait fermer 54 sites internet pour escroquerie

Les pays de l'Union européenne ont fait fermer une cinquantaine de sites internet qui escroquaient les enfants et adolescents sur les sonneries et les fonds d'écrans pour téléphone portable.

Ils ont imposé des amendes aux opérateurs, a annoncé mardi la Commission européenne.

Une «enquête par balayage» lancée en juin 2008 a permis de contrôler 554 sites internet proposant ce types de produits, et 301 ont été épinglés pour pratiques non correctes: publicité mensongère pour des services présentés à tort comme gratuits, manque d'information sur les prix, difficulté pour déterminer qui est l'opérateur.

Un an plus tard, «159 de ces sites ont corrigé le tir et 54 ont été fermés», précise la Commission européenne.

L'Autriche est le pays le moins performant de l'UE avec 16 sites toujours en contravention sur les 21 épinglés. La Hongrie (8 sur 21), l'Espagne (7 sur 10) et la République Tchèque (6 sur 14) doivent également agir.

L'Allemagne, l'Irlande, l'Italie, Chypre, la Pologne, le Portugal, la Slovénie et la Slovaquie ont en revanche résolu leurs problèmes. Les autres pays ont encore entre 1 et 4 sites en contravention.

Dans un pays, l'Italie, les autorités ont infligé des amendes pour un montant total de 2 millions d'euros à neuf sociétés: Telecom Italia, Vodafone, Wind, Dada, Zed, H3G, Zeng, Fox Mobile et Tutto gratis.

«Cette enquête est une réponse directe aux centaines de plaintes formulées par des parents dans plusieurs pays européens», a souligné la commissaire chargée des consommateurs Meglena Kuneva. Le marché des sonneries pour portables téléchargeables était estimé à 691 millions d'euros en 2007, précise la Commission.

(ats)

Ton opinion