Bactérie E.coli: L'Europe inquiète des intoxications en France
Actualisé

Bactérie E.coliL'Europe inquiète des intoxications en France

L'intoxication à la bactérie E.coli de 10 personnes à Bordeaux, en France, inquiète l'Europe. La Commission européenne entend déterminer s'il y a lieu ou non de lancer une alerte dans l'UE.

L'intoxication à la bactérie E.coli de 10 personnes à Bordeaux, en France, inquiète l'Europe.

L'intoxication à la bactérie E.coli de 10 personnes à Bordeaux, en France, inquiète l'Europe.

Des discussions sont engagées au niveau européen au sujet de l'intoxication à la bactérie E.coli due à des graines germées qui a touché dix personnes en France. La Commission européenne entend déterminer s'il y a lieu ou non de lancer une alerte dans l'UE.

«Il n'y a pas d'alerte européenne formelle lancée à ce stade qui équivaudrait à une interdiction de commercialisation» des graines concernées, mais «il y a des échanges d'informations entre la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne», a indiqué le porte- parole de l'exécutif européen pour les questions de santé.

Dix personnes ont été victimes de l'intoxication alimentaire à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France. La plupart ont été hospitalisées. Chez deux patients, les examens ont permis de déceler une infection par la souche retrouvée dans le cadre de la récente épidémie survenue en Allemagne, qui a fait 43 morts.

Selon les autorités françaises, les graines consommées étaient du fenugrec, de la moutarde et de la roquette. Elles ont été achetées dans un magasin Jardiland et le fournisseur est un établissement britannique, la société Thompson & Morgan, basée à Ipswich.

Soupçons sur Thompson & Morgan

La France a ordonné la suspension de la commercialisation dans le pays des graines de Thompson & Morgan. Elle a aussi demandé aux autorités britanniques d'identifier l'origine exacte des graines.

«S'il devait s'avérer que le producteur des graines a envoyé des lots dans d'autres pays européens, il y aurait la possibilité de déclencher une alerte au niveau de l'UE», selon le porte-parole.

(ats)

Ton opinion