Nucléaire nord-coréen: L'Europe va elle aussi sanctionner Pyongyang
Actualisé

Nucléaire nord-coréenL'Europe va elle aussi sanctionner Pyongyang

La cheffe de la diplomatie a indiqué jeudi qu'elle préparait de nouvelles sanctions économiques à l'encontre de la Corée du Nord.

1 / 150
La Corée du Nord a testé mercredi un «nouveau type» de missile balistique, tiré à partir d'un sous-marin, au lendemain de l'annonce par Pyongyang de discussions de travail samedi sur le nucléaire avec Washington. (2 octobre 2019)

La Corée du Nord a testé mercredi un «nouveau type» de missile balistique, tiré à partir d'un sous-marin, au lendemain de l'annonce par Pyongyang de discussions de travail samedi sur le nucléaire avec Washington. (2 octobre 2019)

AFP
Washington s'est déclaré prêt à discuter avec Pyongyang. (Mercredi 21 août 2019)

Washington s'est déclaré prêt à discuter avec Pyongyang. (Mercredi 21 août 2019)

Keystone
Le président chinois Xi Jinping a suggéré à son homologue américain Donald Trump lors du récent G20 d'alléger «en temps opportun» les sanctions visant la Corée du Nord, a révélé mardi le ministre chinois des Affaires étrangères. Il prône le «dialogue». (Mardi 2 juillet 2019)

Le président chinois Xi Jinping a suggéré à son homologue américain Donald Trump lors du récent G20 d'alléger «en temps opportun» les sanctions visant la Corée du Nord, a révélé mardi le ministre chinois des Affaires étrangères. Il prône le «dialogue». (Mardi 2 juillet 2019)

AFP

La cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, prépare de nouvelles sanctions en réponse au dernier essai nucléaire de la Corée du Nord qui viendront compléter les sanctions envisagées à l'ONU, a-t-elle annoncé jeudi à Tallinn.

«Aujourd'hui, je proposerai aux ministres de travailler dans les jours qui viennent à augmenter les sanctions autonomes de l'UE», a-t-elle déclaré en arrivant à une réunion avec les ministres de la Défense, puis des Affaires étrangères de l'UE, en Estonie.

Augmenter la pression économique

Mme Mogherini a estimé qu'il fallait «renforcer la pression économique sur la Corée du Nord, en soutenant une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l'ONU et en adoptant des mesures économiques plus dures», y compris par des sanctions propres à l'UE. «Notre ligne européenne est très claire à ce propos: davantage de pression économique, plus de pression diplomatique et unité avec nos partenaires régionaux et internationaux».

Il faut «éviter d'entrer dans une spirale de confrontation militaire qui pourrait être extrêmement dangereuse non seulement pour la région, mais pour le monde entier», a-t-elle insisté. L'UE a déjà en place un large arsenal de sanctions, à la fois onusiennes et autonomes, contre la Corée du Nord.

Quand Pyongyang agite la menace nucléaire

La crise entre la Corée du Nord et la communauté internationale ne date pas d’hier. Vidéo.

Plusieurs secteurs visés

Désormais, les Européens envisagent de frapper de sanctions plusieurs secteurs de l'économie nord-coréenne qui permettent encore aux devises d'entrer et donc au régime de financer ses activités nucléaires, comme les ports et la pêche, ou un embargo pétrolier, selon une source diplomatique interrogée par l'AFP.

Manœuvres en Corée du Sud face à Pyongyang

Une autre option serait de placer sur la liste noire de l'Union européenne le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, ce qui provoquerait un gel de ses avoirs dans l'Union et lui interdirait de voyager ou transiter par son territoire, a précisé cette source. (nxp/ats)

Trump met en garde Pyongyang
(NewsXpress)

Ton opinion