Actualisé 23.12.2019 à 21:26

Canton du Valais

L'évêque de Sion visite le pénitencier de Pramont

Une messe a été célébrée lundi au centre pénitentiaire de Pramont (VS) par l'évèque de Sion Jean-Marie Lovey et une quinzaine de détenus.

Interview de l'évèque de Sion Jean-Marie Lovey lors de sa visite au pénitencier de Pramont.

L'évêque de Sion a célébré une messe lundi au centre pénitentiaire de Pramont, une première pour lui. «On ne peut jamais réduire un être humain à ses actes. Un prisonnier a un passé, un présent et un avenir», a déclaré Jean-Marie Lovey.

«Sans compter que des innocents sont aussi en prison», a précisé l'évêque devant une quinzaine de détenus et une poignée de journalistes qu'il avait conviés pour l'occasion.

Ces dernières années, l'homme d'Eglise avait déjà invité la presse dans un hôpital et dans un EMS du canton. «J'ai pris l'habitude de visiter des lieux un peu inhabituels», relève-t-il.

Expliquant sa démarche, Jean-Marie Lovey a déclaré être «venu, avec mes confrères, rencontrer des personnes avec un visage qui possèdent toute leur dignité, même si leur histoire est peut-être marquée par un crime».

Le centre pénitentiaire de Pramont accueille actuellement 24 adolescents ou jeunes adultes âgés de 15 à 30 ans, issus de Suisse romande ou du Tessin.

«Merci de nous accueillir dans votre maison», a sobrement entamé l'évêque. Et de rappeler l'importance de la présence de l'Eglise dans les prisons. «Nous venons y partager des paroles d'espérance. Ce genre de contacts éclairent également ceux qui visitent ces lieux», a-t-il encore dit au cours d'une messe qui a duré une grosse demi-heure.

Ecoute régulière

Si la présence d'une délégation ecclésiastique à Pramont un 23 décembre était une première, l'aumônerie oecuménique valaisanne n'en oeuvre pas moins dans les prisons du canton du Valais.

Un diacre (de l'Eglise catholique) travaille à 20% et un aumônier (de l'Eglise protestante) à 30%. Ceux-ci interviennent régulièrement à Brigue, Sion et dans les différents centres de la commune de Granges (Crételongue, Pramont, LMC). «Nous sommes là pour les écouter, en toute confidentialité», rappelle le diacre Mario Giacomino.

Le groupe de visiteurs de prisons de l'Association Parole en Liberté compte, lui, une trentaine de membres, chrétiens ou non. Depuis trente ans, il apporte aux détenus une écoute et un dialogue sur des sujets que ceux-ci désirent aborder. «Des contacts se poursuivent parfois après leur remise en liberté», précise le président de l'association, l'abbé Henri Roduit.

Prochaine rencontre en 2020

Revenant sur les pensionnaires de Pramont, le vice-directeur du centre éducatif Ralph Guntern a précisé que ces jeunes sont tous tenus de travailler. «Pour notre part, nous sommes là pour leur donner les outils nécessaires à leur réinsertion».

L'évêque Jean-Marie Lovey songe à mettre sur pied une prochaine rencontre avec les médias en 2020. Son lieu reste toutefois à définir. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!