Bettens (VD): L'ex-boursier a détourné un demi-million
Actualisé

Bettens (VD)L'ex-boursier a détourné un demi-million

Le caissier communal de Bettens (VD) ne payait pas d'impôts et piquait dans la caisse. Il a été condamné jeudi à Yverdon-les-Bains.

par
Christian Humbert

Il aura fallu 28 ans aux autorités de Bettens, petite commune, qui compte un peu plus de 400 habitants, pour se rendre compte que leur boursier piquait dans la caisse et qu'il ne payait pas ses impôts. Engagé en 1970, cet enfant du village, aujourd'hui retraité de 70 ans, a pourtant détourné plus de 420'000 francs entre 1980 et 2008, date de son arrestation et de sa mise en détention durant 25 jours. L'homme, qui n'a rien caché aux policiers, jouissait d'une confiance aveugle et disposait de la signature sur le compte postal communal. Une grande partie des faits sont prescrits, mais l'ex-boursier a quand même déjà remboursé une partie des montants et continuera de le faire pendant dix ans à raison de 1760 francs par mois. Une convention a été signée avant l'audience, à laquelle les autorités de Bettens ne sont pas venues.

A raison de 1200 francs par mois en moyenne, le prévenu, père de famille gagnant tout de même 10'000 francs avec sa femme, a simplement amélioré son train de vie. «Je voulais rembourser des arriérés d'impôts au départ mais je ne l'ai pas fait», a expliqué jeudi au tribunal d'Yverdon cet ancien employé du fisc qui doit encore 126'000 francs d'impôts impayés. Là encore, une convention de remboursement a été passée. Pas de vice caché donc pour des agissements qu'il maquillait dans la comptabilité en fabriquant de faux justificatifs: il prélevait un montant supérieur par rapport à une facture et gardait le solde pour lui. Il a indiqué avoir réalisé des placements fictifs qui se sont montés jusqu'à 300'000 francs. Une fiduciaire était censée contrôler ses comptes tous les cinq ans: elle n'a rien vu. Le procureur Xavier Christe a requis 20 mois avec sursis de 2 ans pour abus de confiance qualifié. Le tribunal l'a suivi en prononçant la peine demandée.

Ton opinion