L'ex-Brigades rouges Marina Petrella remise en liberté

Actualisé

L'ex-Brigades rouges Marina Petrella remise en liberté

La cour d'appel de Versailles a ordonné mardi la remise en liberté pour raison de santé de Marina Petrella, ex-membre des Brigades rouges réclamée par l'Italie.

La cour d'appel de Versailles a ordonné mardi après-midi la remise en liberté pour raison de santé de Marina Petrella, ex-membre des Brigades rouges réclamée par l'Italie, actuellement hospitalisée à l'hôpital Sainte-Anne à Paris. Sa fille, Elisa Novelli, a dit espérer que le décret d'extradition visant sa mère soit par ailleurs abrogé.

Dans la matinée, le ministère public a requis la remise en liberté sous contrôle judiciaire de Mme Petrella en raison de la dégradation de son état de santé.

Marina Petrella, 54 ans, a été arrêtée fin août 2007 à Argenteuil (Val-d'Oise). Elle a été condamnée en mars 1992 à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d'appel de Rome pour sa complicité dans le meurtre d'un commissaire de police en 1981.

«Il y a une volonté d'apaisement qui émane des plus hautes autorités de l'Etat», a estimé son avocate, Me Irène Terrel, jointe par l'Associated Press. «Je suis tout à fait soulagée», a-t-elle poursuivi, estimant que cette décision offrait «un nouvel espoir» et allait et permettre à Marina Petrella de «commencer à se reconstruire».

«J'espère que cette nouvelle lui donnera envie de refaire partie du monde social», a déclaré à la presse la fille de Marine Petrella, Elisa Novelli, à l'issue de la décision de la chambre de l'instruction. Elle a ajouté ensuite qu'elle souhaitait que le décret d'extradition visant sa mère soit abrogé.

Le 9 juin, le Premier ministre François Fillon a signé le décret d'extradition de Mme Petrella vers l'Italie où elle a été condamnée à la réclusion criminelle à perpétuité. Sa défense a déposé un recours devant le Conseil d'Etat qui n'a pas encore été examiné. (ap)

Ton opinion