Agences de presse: L'ex-bureau suisse d'AP a rendu l'âme
Actualisé

Agences de presseL'ex-bureau suisse d'AP a rendu l'âme

Des anciens membres de la rédaction ont marqué le coup lundi à Berne. Les journalistes vont par ailleurs lancer une action en justice, car des salaires n'ont pas été payés.

A fin janvier 2013, la rédaction romande d'AP ferme, trois ans après sa consoeur alémanique. Le bureau avait été créé en 1981. L'Agence télégraphique suisse (ATS) bénéficie dès lors d'un monopole sur le marché helvétique pour la première fois depuis... 95 ans.

«C'est une perte notable pour la diversité des informations et des sources d'information», a souligné Dominique Diserens, secrétaire centrale d'impressum. Elle y voit un appauvrissement du paysage médiatique suisse, privé des stimuli de la concurrence dans un des principaux maillons de l'information.

AP Suisse, devenue Sipa Suisse en juillet dernier, ferme ses portes. Les sept collaborateurs de la rédaction romande ont été licenciés à fin octobre 2012. Ils ne reçoivent plus de salaire depuis novembre dernier, se retrouvent sans interlocuteur et n'ont touché aucune indemnité. L'association de journalistes impressum a mandaté un avocat pour agir en justice contre AP, une des plus grandes agences de presse du monde, et contre leur repreneur allemand, FLSCH GmbH, une société du groupe DAPD. «Les choses se sont passées de manière scandaleuse et il est regrettable de devoir en arriver là pour obtenir justice dans le monde de la presse en Suisse», a-t-elle souligné.

Dix procès en vue

En décembre dernier, l'avocat mandaté par impressum, Me Alexandre Curchod, a ouvert une action en justice à Berne et Lausanne pour les anciens journalistes d'AP Suisse. Les procédures sont dirigées à la fois contre The Associated Press Germany GmbH et FLSCH GmbH.

Dix procès sont en vue, car cinq journalistes et deux employeurs sont concernés. Il s'agit de récupérer les salaires et les indemnités des collaborateurs en cause face à un enchevêtrement de sociétés établies à Munich, Hambourg, Paris, Londres et New York. Des audiences de conciliation sont d'ores et déjà agendées devant les tribunaux de Berne et Lausanne en mars, avril et juin 2013. Le dépôt de plaintes pénales est également à l'étude. (ap)

Ton opinion