Suisse: L'ex-chef de Swiss juge très sévèrement Kloten
Actualisé

SuisseL'ex-chef de Swiss juge très sévèrement Kloten

Pour Harry Hohmeister, les questions relatives à l'aéroport de Zurich devraient être traitées au niveau national.

Le concept d'exploitation actuel de l'aéroport ne convainc pas l'ancien dirigeant de Swiss.

Le concept d'exploitation actuel de l'aéroport ne convainc pas l'ancien dirigeant de Swiss.

photo: Keystone/Archives

L'ancien directeur de Swiss, Harry Hohmeister, a émis de vives critiques à l'encontre de l'aéroport de Zurich-Kloten. Les décisions politiques importantes concernant son exploitation devraient être prises au niveau national, a-t-il déclaré lundi.

La compétence de régler les capacités aéroportuaires de Kloten devrait relever de la Confédération, «car l'aéroport est un problème de société concernant toute la Suisse», a-t-il déclaré dans une interview publiée lundi par le Tages-Anzeiger et le Bund.

«Le client ne va plus l'accepter»

Harry Hohmeister compare la situation avec la votation portant sur un deuxième tube au Gothard, qui sera tranchée «également au niveau national, et pas seulement à Uri et au Tessin». «Berne a peur de dicter son chemin à Zurich», ajoute l'actuel membre du conseil d'administration de Lufthansa, société-mère de Swiss.

«Nous avons à Zurich un blocage des capacités», a-t-il indiqué. Au coeur de ses critiques figure le concept actuel d'exploitation de l'aéroport de Zurich-Kloten, «une somme de compromis», qui ne fonctionne guère, selon lui.

«Le client ne va plus l'accepter et dans le pire des cas ne va plus passer Zurich», a ajouté l'ancien responsable de la compagnie aérienne.

Pour des décollages par le sud

La plupart des contraintes ne proviennent toutefois pas, selon lui, de la question non résolue du bruit des avions, pomme de discorde avec l'Allemagne. «C'est plutôt à eux-mêmes que les Suisses se sont imposés des contraintes, et ce pour obtenir l'équité en termes de bruit», a-t-il indiqué.

Harry Hohmeister estime que des solutions pour une meilleure exploitation de l'aéroport peuvent être aussi trouvées en Suisse. Concrètement, il a évoqué les décollages par le sud, qui trouvent grâce à ses yeux.

«A midi, lorsque les nuisances sonores sont les plus élevées, la plupart des gens sont au travail, on devrait envisager des décollages par le sud», a-t-il argumenté.

Harry Hohmeister a été à la tête de la compagnie aérienne Swiss pendant 11 ans, avant d'intégrer au début de l'année le conseil d'administration de Lufthansa. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion