Genève: L'ex directeur de Frambois s'oppose à son licenciement
Actualisé

GenèveL'ex directeur de Frambois s'oppose à son licenciement

Le haut fonctionnaire à la tête du centre de détention a été remercié en novembre. Il conteste cette décision.

par
mag

«Mon client adorait son travail, il voudrait retrouver sa place». L'avocat de l'ancien directeur de Frambois (Vernier) s'est exprimé dans les colonnes du «Temps», lundi. «Le recours sera déposé dans quelques jours», a affirmé Christian van Gessel. Selon l'homme de loi, l'Etat n'a aucune reproche grave à faire à son client, mais «joue sur une masse de broutilles». L'ancien directeur du centre de détention pour étrangers en attente d'expulsion conteste les deux motifs de son licenciement: les résultats de l'enquête administrative, ainsi que l'appréciation des médecins, qui l'ont jugé incapable de travailler dans un autre service.

Jean-Michel Claude avait été suspendu de ses fonctions en décembre 2012. Après deux ans de procédure administrative, il avait finalement été licencié par l'Etat fin 2014. On lui reprochait une mauvaise collaboration avec le département de la sécurité, des problèmes dans la gestion de son établissement et des absences injustifiées.

Le quotidien romand a aussi relevé la longueur de l'enquête administrative, censée normalement ne pas dépasser les 30 jours. Deux ans de procédure, durant lesquels Jean-Michel Claude a continué de percevoir son salaire annuel de 140'000 francs.

Ton opinion